[Vidéo] Chavez, exempté de prêter serment

See on Scoop.itVenezuela

ttp://fr.euronews.com/ La Cour suprême du Vénézuela a donné raison au gouvernement : Hugo Chavez n’est pas forcé de prêter serment ce 10 janvier, date prévue depuis sa réélection en octobre. Et pour cause, Hugo Chavez est malade, et absent. L’opposition avait saisi la Cour suprême sur cette question : la décision de cette juridiction, proche du pouvoir, n’est pas une surprise.

See on www.youtube.com

Venezuela : la Cour suprême autorise le report de l’investiture de Chavez

See on Scoop.itVenezuela

Le Tribunal suprême de justice (TSJ)  a jugé conforme à la Constitution, mercredi 9 janvier, le report de la cérémonie d’investiture d’Hugo Chavez en raison de l’hospitalisation du chef de l’Etat à Cuba. La prestation de serment du président, réélu en octobre, « pourra se faire à une date postérieure au 10 janvier devant le TSJ », a annoncé la présidente de la Cour, Luisa Estrella Morales, lors d’une conférence de presse. Le gouvernement et le vice-président resteront en fonction au-delà de cette date en vertu « du principe de la continuité administrative », a ajouté la présidente du TSJ.

Le TSJ a par ailleurs écarté dans l’immédiat l’envoi, demandé par l’opposition, d’une commission médicale à Cuba pour y évaluer l’état de santé d’Hugo Chavez. Le président demeure invisible depuis sa quatrième opération d’un cancer, le 1

See on www.lemonde.fr

Venezuela: l’époque de Chavez restera une époque de prospérité

See on Scoop.itVenezuela

La maladie d’Hugo Chavez n’empêchera pas le Venezuela de se développer selon ses plans – quelle que soit l’évolution de son état de santé, le peuple vénézuélien ne connaîtra aucun changement significatif, estiment les experts interrogés par RIA Novosti.

Emil Dabaguian, expert au Centre d’études politiques de l’Institut de l’Amérique latine, remarque que la situation au Venezuela est très complexe car les représentants du gouvernement qui ont rendu visite à Chavez à Cuba ne donnent pas d’informations complètes et véridiques sur son état de santé. Mais on sait que le milieu dirigeant a l’intention de reporter l’investiture du président autant qu’il faudra.

« Ces personnes proches du pouvoir ont une logique révolutionnaire : Chavez est malade, l’investiture n’aura pas lieu le 10 janvier donc elle se tiendra plus tard. A leurs yeux, rien d’anormal ne s’est produit. Selon eux, comme Chavez est le président élu, son pouvoir se maintiendra encore longtemps et la volonté du peuple est au-delà de toute constitution », a déclaré Emil Dabaguian, ajoutant que formellement, les autorités vénézuéliennes violaient  la constitution.

Selon lui, même si l’opposition vénézuélienne a écrit à l’Organisation des Etats américains (OEA) pour avertir d’une éventuelle violation de la constitution et exiger de créer une brigade spéciale de médecins pour identifier Chavez, l’opposition n’a aucune possibilité d’influer réellement sur la situation.

Marina Vassilieva, présidente du Comité russe pour la coopération avec les pays d’Amérique latine, estime que l’époque de Chavez marquera l’histoire grâce au niveau de développement atteint par la population du pays pendant son « règne ».

« Des centaines d’années s’écouleront mais l’époque de Chavez restera une époque de prospérité pour le pays. Le peuple l’apprécie. Et il sera impossible que le Venezuela connaisse un véritable tournant sans la volonté du peuple », estime Marina Vassilieva.

See on fr.ria.ru

[Vidéo] Venezuela : Chavez ne prêtera pas serment jeudi

See on Scoop.itVenezuela

Le régime vénézuélien a révélé que le président Hugo Chavez ne prêterait pas serment le jeudi 10 janvier, comme cela est prévu par la Constitution, ouvrant une période d’incertitude pour le Venezuela où l’opposition affirme craindre un vide institutionnel à partir de cette date. Durée: 01:38

See on www.youtube.com

[Vidéo] Venezuela : l’opposition exige que la Constitution soit appliquée

See on Scoop.itVenezuela

http://fr.euronews.com/ Personne ne peut imaginer que le président du Venezuela Hugo Chavez pourra prêter serment ce jeudi. Alors, l’opposition s’impatiente, elle brandit la Constitution, et demande au Tribunal suprême de justice de trancher. En cas de vide du pouvoir, c’est le président de l’Assemblée nationale qui devrait prendre les rênes.

See on www.youtube.com

[Vidéo] A Caracas, les boutiques estampillées « Hugo Chavez » font recette

See on Scoop.itVenezuela

Alors que le Venezuela est suspendu aux rares communiqués diffusés sur l’évolution de l’état de santé du président Hugo Chavez, le commerce autour du « comandante » fait toujours recette et les petites échoppes « chavistes » de Caracas continuent d’écouler leurs produits dérivés, qui vont du merchandising classique à des objets plus insolites.  Durée: 01:39

See on www.youtube.com

Venezuela: le peuple dans la rue en soutien à Chavez

See on Scoop.itVenezuela

Le président Hugo Chavez vient d’annoncer que son état de santé ne lui permettra pas de prêter serment le 10 janvier. Une « aubaine » pour une opposition viscéralement et irrationnellement antichaviste et pour ses maîtres de Washington, qui voudraient saisir l’occasion pour provoquer un coup d’Etat « d’apparence constitutionnelle », comme au Paraguay, au Honduras… C’est plus efficace, et moins contestable internationalement, que les GI’S.

On sait que le président Chavez a été opéré le 11 décembre 2012, pour la quatrième fois, à Cuba. Une opération complexe, à hauts risques. Depuis, l’état d’Hugo Chavez reste incertain. Les derniers bulletins de santé, bulletins publiés régulièrement en toute transparence par la direction bolivarienne, indiquent qu’il « assimile les traitements », suite à une complication postopératoire (infection pulmonaire).

 

L’opposition, qui va de la social-démocratie très socio-libérale, à l’extrême droite, s’acharne sans compassion, malgré un contexte qui devrait inciter au respect, à la pudeur.

 

La situation du président Chavez, confortablement réélu, avec plus de 55% des voix, malade certes mais vivant, matérialise une continuité institutionnelle. Aucune des raisons invoquées par cet article n’est donc recevable. De plus, l’article 231 précise « qu’en cas de force majeure » (‘motivo sobrevenido’ dans le texte), le président pourra prêter serment plus tard, devant le Tribunal Suprême de justice », sans expliciter de délai.

L’opposition, un fourre-tout, dont l’unité n’est qu’en trompe-l’œil, la MUD (Mesa de unidad democratica) veut instrumentaliser la situation, et croit l’heure de la revanche a sonné : pouvoir enfin se débarrasser de Chavez. Le secrétaire de la MUD, le député Ramon Guillermo Aveledo, a écrit à l’OEA et à toutes les ambassades pour relayer la manipulation de la Constitution. Cette manœuvre est répercutée à l’étranger par les médias dominants, qui haïssent Chavez pour ce qu’il porte et représente. Le chef de cette meute appelle à une «grève civico-nationale» le 10 janvier. L’opération est vouée à l’échec ; peu importe, car elle et essentiellement destinée à discréditer le régime à l’international. 
  
Le peuple, qui vit douloureusement le combat vital de Chavez, prie pour la santé du président. Contrairement aux « bobards » alarmistes de l’opposition, le pays est tranquille, stable. Le prétendu « vide de pouvoir » n’est évident que pour les illuminés qui veulent y croire. Une direction collective entoure Nicolas Maduro, désigné par Hugo Chavez, le vice-président exécutif, qui mène à bien sa tâche, avec sang-froid et brio.
  
L’opposition joue encore et toujours la déstabilisation. Pendant ce temps, le Parti socialiste unifié vénézuélien (PSUV) appelle sereinement le peuple à descendre dans la rue et à se rassembler devant le palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, le 10 janvier à 10h, afin de manifester, comme à l’accoutumé, son soutien à la Constitution (élaborée en 1999 par un processus constituant, et votée par référendum), ainsi qu’à Hugo Chavez, « son » président.

See on www.humanite.fr

Venezuela : Le coup d’Etat constitutionnel des pro-Chavez

See on Scoop.itVenezuela

C’est mine de rien un mini-coup d’Etat qui est en train de se dérouler au Venezuela : le président Hugo Chavez s’apprête à violer la Constitution de 1999, dont il supervisa la rédaction et qu’il fit imprimer à des millions d’exemplaires sous la forme d’un petit livre bleu.

Réélu en octobre dernier, en cachant aux électeurs son véritable état de santé, le président socialiste est hospitalisé à Cuba. Il y a été opéré pour la quatrième fois d’une récidive de son cancer, le mois dernier, et souffrirait de graves complications respiratoires.

 

Le vice-Président Nicolas Maduro a confirmé, cette nuit, que le « comandante » serait dans l’impossiblité de prêter serment, jeudi, pour l’inauguration de son troisième mandat.

 

La majorité chaviste à l’Assemblée nationale a donné à Chavez > »le temps qu’il lui faudra » pour récupérer et venir prêter serment.

 

Or, la Constitution venezuelienne, la plus détaillée du monde avec quelque 350 articles, est on ne peut plus claire : la prestation de serment doit avoir lieu le 10 janvier suivant l’élection, sur le territoire venezuelien, et elle ne peut être reportée.

 

En cas d’impossibilité, l’élection du chef de l’Etat est caduque, le président de l’Assemblée assure l’intérim et une nouvelle présidentielle doit être organisée dans les 30 jours.

 

Le jeune leader de l’opposition, Henrique Capriles, a donc de très bonnes raisons d’appeler au respect de la Constitution, ce qu’il a fait hier lors d’une conférence de presse, petit livre bleu en main. Capriles en a appelé hier au Tribunal suprême de justice, pour qu’il se prononce.

 

Avant lui, le chef de l’épiscopat venezuelien avait souligné, lundi, que rien ne justifierait une violation de la Constitution.

 

On semble bel et bien s’acheminer vers une confrontation, puisque les « chavistes » ont prévu de passer en force… et de montrer cette force : ils appellent à manifester en soutien au leader de la révolution bolivarienne, jeudi, à Caracas.

See on globservateur.blogs.ouest-france.fr