Allaitement maternel : ces titres qui font frémir

See on Scoop.itVenezuela

Les femmes bientôt obligées d’allaiter au Venezuela (Le Figaro)

 

Le Venezuela veut interdire les biberons et forcer à l’allaitement (Le Point)

 

Allaitement : le Venezuela songe à interdire le biberon (Metronews)

 

Venezuela : une députée veut obliger les femmes à allaiter (Elle)

 

L’allaitement bientôt obligatoire au Venezuela ? (Marie-Claire)

 

Les Vénézuéliennes, bientôt forcées d’allaiter leur bébé ? (Famili)

 

Allaitement forcé pour toutes les femmes au Venezuela ? (Terrafemina)

 

Venezuela : les femmes forcées à allaiter ? (Magicmaman)

 

Et je pourrais continuer d’énumérer, tant ils sont nombreux et presque tous de la même veine, les titres de presse à propos d’un récent projet de réforme de la loi de promotion et protection de l’allaitement maternel de 2007.

 

L’objet n’est pas tant ici d’analyser en détail le contenu de la loi que d’examiner comment la presse internationale –et francophone en particulier– en rend compte. Certains –Le Figaro en tête– ne se donnent même pas la peine de placer un signe d’interrogation en fin de titre, alors qu’il ne s’agit encore que d’un projet de loi. D’autres ont tout de même la décence de mettre le titre au conditionnel, tout en oubliant quelquefois ce conditionnel dans leurs commentaires.

See on venezuelatina.com

Publicités

Médias en Amérique Latine : comment Sisyphe déplace la montagne

See on Scoop.itVenezuela

Au Venezuela la majorité des ondes de radio et de télévision  (3), de l’international jusqu’au local, reste elle aussi aux mains de l’entreprise privée. L’histoire d’un pays que le boom pétrolier a fait passer sans transition de la radio rurale à la télévision commerciale comme modèle unique – celui de Cisneros et de Miss Mundo – explique pourquoi les médias publics et communautaires tendent encore à imiter la forme commerciale, ce qui freine la construction populaire des programmes au coeur du projet bolivarien. Certaines lois ont déjà vu le jour pour légaliser les médias citoyens ou soutenir la production indépendante (4). Avant d’être soumise au parlement la Loi de la communication populaire qui vise à équilibrer la propriété des fréquences continue à faire l’objet de débats parmi les mouvements sociaux – certains souhaitant aller plus loin qu’une répartition par tiers. (5)

Ici comme ailleurs la tâche primordiale des mouvement sociaux est d’anticiper le mouvement. Car une fois acquis l’équilibre démocratique de la propriété des médias, il reste à effectuer le saut qualitatif : dépasser le paradigme dominant. Si au moment où les nouvelles fréquences se libèrent, les mouvements sociaux n’ont pas encore formé des communicateurs d’un type nouveau, familiers de l’héritage mondial des esthétiques révolutionnaires comme celle du Nuevo Cine Latinoamericano et des expériences décolonisatrices de “télévision hors de la télévision”, formés aux techniques d’enquête participative, à la théorie critique des médias et aux pratiques émancipatrices de la formation de formateurs comme celles de Paulo Freire, alors le potentiel des nouveaux espaces s’étiolerait entre les mains de petits soldats venus d’ »écoles de journalisme » pour nous servir “infos”, “news”, “actus” et autres “live” sur un “plateau”.

See on venezuelainfos.wordpress.com

Haïti-Venezuela: Henrique Capriles critique la politique du Venezuela vis-à-vis d’Haïti

See on Scoop.itVenezuela

Le leader de l’opposition au Vénezuela, Henrique Capriles Radonski, a dénoncé jeudi « les largesses du gouvernement vénézuélien en Haïti » alors qu’il y a des besoins dans son propre pays, a appris Haïti Press Network.

Opinant sur la visite effectuée mardi à Port-au-Prince par le président Nicolas Maduro, M. Capriles estime que le gouvernement ne se soucie guère des besoins du peuple vénézuélien.  

Le gouverneur de Miranda dénonce le fait que le gouvernement vénézuélien soit en train de financer des travaux d’asphaltage en Haiti alors que dans certaines régions du Venezuela, des rues ne sont pas asphaltées.

See on www.hpnhaiti.com

Haïti-Venezuela : Une dette historique et une aide fondamentale, soulignent Martelly et Maduro

See on Scoop.itVenezuela

L’histoire entre Haïti et le Venezuela, marquée par la lutte pour l’indépendance en Amérique Latine et la reconnaissance, ont été au cœur des discours des présidents haïtien Michel Martelly et vénézuélien Nicolas Maduro, le mardi 25 juin 2013, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

 

Successeur de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela, Maduro effectuait ; le 25 juin 2013, sa première visite en Haïti, dans l’objectif d’échanger avec son homologue sur la coopération entre les deux pays.

Lors de son discours, dans l’enceinte du palais national, Maduro a exprimé sa vive reconnaissance au peuple haïtien pour sa contribution militaire historique dans la libération du Venezuela.

 

« Nous avons une grande dette vis-à-vis d’Haïti : c’est une dette d’histoire, c’est une dette morale, c’est une dette qui ne peut pas se payer avec de l’argent. C’est une dette qu’on ne peut payer qu’avec l’amour », a-t-il souligné.

 

En 1816, les dons de 6 mille fusils – par l’ancien chef d’État haïtien, Alexandre Pétion (avril 1770-mars 1818) au libérateur de l’Amérique Latine, Simón Bolivar (juillet 1783-décembre 1830) – lui ont permis de lancer une offensive militaire définitive pour la libération du Venezuela, a tenu à rappeler Maduro, apparemment reconnaissant de cet appui historique.

 

Il a aussi mentionné l’influence d’Haïti dans l’adoption des couleurs bleue et rouge, pour constituer le drapeau tricolore vénézuélien, par Francisco Miranda (mars 1750-juillet 1816), considéré comme l’un des héros de l’indépendance de ce pays.

 

Pour sa part, le président Joseph Michel Martelly a insisté sur le caractère fondamental de l’aide octroyée par le Venezuela à Haïti.

 

Il faut trouver des formules pour pérenniser l’accord Petro Caribe, a souhaité Martelly, annonçant son voyage au Nicaragua, le dernier weekend de juin 2013, en vue d’aller travailler sur la question.

 

En plus du Venezuela, l’Amérique latine a des dettes envers Haïti, a fait valoir Martelly, faisant référence à la contribution apportée par les ancêtres à ces pays « honnêtes et reconnaissants ».

 

94 % des fonds d’investissement du pays proviennent de PetroCaribe, selon ce qu’il a fait savoir pour expliquer l’utilisation concrète de la majorité de ce montant.

 

Certains secteurs continuent, cependant, de condamner ce qu’ils appellent « une mauvaise utilisation » de ces fonds par l’administration politique actuelle.

See on www.alterpresse.org

Venezuela, progrès et reculs sociaux et citoyens ?

See on Scoop.itVenezuela

Les résultats obtenus dans la lutte contre la pauvreté, que les statistiques des revenus attribuent au gouvernement du Venezuela depuis 1999, sont éclipsés par la violence et l’insécurité, qui entravent le plein exercice des droits à l’éducation, la santé, les loisirs et à la jouissance des espaces publics. Les réformes constitutionnelles et juridiques depuis 2008 impliquent une autre revers après les progrès des droits fondamentaux de la première présidence d’Hugo Chavez, en centralisant le pouvoir politique, en limitant la participation et les libertés démocratiques et le pluralisme, et en accentuant la militarisation de la société. En même temps, les autorités ont poussé à la la criminalisation de la protestation sociale et des droits de l’Homme. 

La baisse significative de la pauvreté commencée pendant les administrations du président Chavez a stagné à son deuxième mandat (2007-2013). La réduction, qui avait été de 16,4 % entre 2004 et 2006, n’a été que de 1,8 % au cours des quatre années suivantes. 

See on libresameriques.blogspot.fr

LIBRES AMéRIQUES: Venezuela, les universitaires en grève pour les salaires !

See on Scoop.itVenezuela

Plusieurs protestations ont eu lieu dans certaines des plus importantes universités du Venezuela et après diverses discussions, une grève générale a été annoncée. La revendication centrale est les salaires des professeurs d’université qui, malgré leur formation et expérience, sont parmi les innombrables professionnels qui ne peuvent joindre les deux bouts. Ce n’est certes pas nouveau. Néanmoins, avec les mouvements erratiques de l’économie vénézuélienne et les heurts entre groupes politiques, le combat de l’université devient de plus en plus compliqué.

Ainsi, avec les controverses qui ont eu lieu au cours des récents mois entre les représentants du gouvernement et les universités publiques, le nouvel épisode d’un long conflit est en train de s’écrire.

Le problème des universités est aussi inévitablement nourri par la polarisation politique. 

Les positions sont fragmentées et diversifiées. L’argument avancé est que les concessions demandées ont beaucoup à voir avec des intérêts politiques cachés, l’efficacité de la grève universitaire est mise en doute, des accusations de sabotage apparaissent et différents types de protestation sont expérimentés.

See on libresameriques.blogspot.fr

Le Venezuela prêt à étudier une éventuelle demande d’asile de Snowden

See on Scoop.itVenezuela

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a affirmé mardi qu’il était prêt à étudier, comme le fait l’Equateur, la possibilité d’accorder l’asile politique à Edward Snowden, l’ancien consultant de la NSA recherché par les Etats-Unis pour espionnage.

See on www.lexpress.fr

[Audio] Venezuela : découvrez la vie d’un entrepreneur français au pays d’Hugo Chavez

See on Scoop.itVenezuela

Présent depuis plusieurs années déjà au Venezuela, Frédéric Sallio, entrepreneur français expatrié et fondateur de Tucaya , une agence de voyages réceptive, nous raconte l’état d’esprit avant l’élection et l’impact que cela engendre sur l’économie du pays.

 

Plus largement, l’entrepreneur français détaille pour nous le paysage économique du Venezuela et sa pratique des affaires. Enfin, il nous dit ce qu’il faut faire et ne pas faire là-bas en matière de business.

See on www.widoobiz.com