Venezuela : Inflation galopante et pénuries !

See on Scoop.itVenezuela

L’inflation au Venezuela s’est encore accélérée au mois de septembre, une augmentation évaluée à 4,4 % (3 % au mois d’août et en comparaison 1,6 % en septembre 2012), alors que sur l’ensemble de ces douze derniers mois l’inflation a été estimée par les spécialistes à 49,4 %, des chiffres inquiétants qui ont été publiés par la Banque centrale. Ce pays d’Amérique du Sud présente ainsi l’un des taux d’inflation les plus importants au monde et devance largement ses voisins latino-américains.

Pour calmer les esprits, le gouvernement vénézuélien a annoncé qu’il mettra aux enchères 100 millions de dollars par semaine grâce au système complémentaire de gestion des devises pour lutter contre la pénurie du billet vert sur place, mais il n’a pas révélé à quel prix sera remis le billet vert.

Le ministre du Pétrole et des Mines, Rafael Ramírez, a précisé que les importations en provenance des pays voisins comme l’Argentine, la Colombie et l’Uruguay allaient s’intensifier pour faire face aux problèmes d’approvisionnement. Le gouvernement vient même de signer un accord avec la Colombie pour importer 600 millions de dollars de nourriture, payés en bons pétrolier (Petróleos de Venezuela S.A.) via le Fondo Nacional para el Desarrollo Endógen.

 

Cette situation économique donne lieu à une crise politique sans précédent marquée par des affrontements ouverts entre les différents secteurs du gouvernement. Le ministre des Finances, Nelson Merentes, est favorable à une plus grande flexibilité quant à l’accès aux devises tout en souhaitant la mise en place d’un système qui accorde davantage de libertés aux chefs d’entreprise en ce qui concerne les importations, une façon de mettre fin au marché du dollar parallèle qui coûte sept fois plus cher que l’officiel. « On l’appelle le dollar parallèle. C’est ce qui perturbe et suscite les anxiétés de la société vénézuélienne », a-t-il déclaré.

 

Le ministre de la Planification, Jorge Giordani, s’oppose à cette méthode et propose comme solution l’approfondissement de la voie choisie par le chavisme (modèle politique, économique et social défendu par Hugo Chavez), c’est-à-dire la régularisation des importations, l’assignation arbitraire de devises à des prix préférentiels.

See on www.actulatino.com

Publicités

Les commentaires sont fermés.