Confiance des citoyens latino-américains dans la démocratie : record au Vénézuéla, agonie au Mexique

See on Scoop.itVenezuela

L’ONG Latinobarómetro vient de publier son rapport 2013. Basée a Santiago du Chili, cette ONG est soutenue entre autres par le BID (Banque Inter-Américaine de Développement), le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), l’OEA (Organisation des États Américains), l’états-unien Office of Research et les agences de coopération des gouvernements suédois, norvégiens et canadiens. Depuis 1995, Latinobarometro produit un rapport par an sur base de 20.000 interviews dans 18 pays d’Amérique Latine – ce qui représente plus de 600 millions de citoyen(ne)s – avec une marge d’erreur de 3%.

 

Le Venezuela décroche le record absolu de confiance de la population dans la démocratie (87 %) suivi par l’Équateur (62%). Ce résultat confirme les chiffres récents d’autres organismes indépendants, que les médias internationaux ont pris le soin d’occulter (2). L’ONG remarque d’ailleurs que “le Venezuela est le pays où on observe la plus grande différence entre ce que pensent ses citoyens de leur démocratie et l’image qui circule dans la communauté internationale”.

 

Ainsi, en septembre 2013 le rapport World Happiness Report for 2013 rédigé pardes experts des Nations Unies, a conclu que le Vénézuéla est le pays le plus heureuxd’Amérique du Sud. De même, sur les 150 pays étudiés dans le World Happiness Report 2012 (« Rapport sur le Bonheur dans le Monde 2012 »), l’Université de Columbia (États-Unis) constatait que le pays le mieux positionné en Amérique Latine est le Costa Rica (12ème rang mondial) suivi par le Venezuela (19ème rang mondial). De son côté, la société d’études d’opinion Gallup, a publié en mars 2012 un rapport (paru dans le Washington Post) portant sur 124 pays et qui établit que le Venezuela est le cinquième pays le plus heureux au monde. Tous ces rapports s’accordent en général sur l’explication : c’est parce qu’il apporte des réponses a leurs besoins et a leurs critiques que les citoyen(ne)s vénézuélien(ne)s ont retrouvé la confiance dans le système démocratique.

See on venezuelainfos.wordpress.com

Publicités

Au Venezuela, ruée sur l’électroménager

See on Scoop.itVenezuela

Les queues se sont formées dans la nuit de vendredi à samedi, dans une ambiance électrique. Des téléviseurs quatre fois moins chers du jour au lendemain, des fours bradés, des machines à laver à moitié prix, il n’en fallait pas moins pour rendre fous les Vénézuéliens. En accusant la chaîne d’électroménager Daka de participer à la«guerre économique» par des hausses artificielles de ses prix et en annonçant, dès vendredi soir, l’occupation par l’armée de plusieurs magasins, le président, Nicolás Maduro, a déclenché une véritable tornade. A Valencia, à l’est de Caracas, l’une des enseignes Daka a été pillée samedi. La Garde nationale a dû être déployée ce week-end devant les autres succursales du groupe, en prévention.

 

«Jamais dans notre histoire, nous n’avions eu de président aussi incapable», a déclaré samedi le leader d’opposition, Henrique Capriles, face au chaos généré par l’annonce de Maduro. Le même jour, des milliers de personnes sans position partisane affichée ont défilé dans plusieurs villes pour critiquer la gestion gouvernementale de la crise. Ce matin, la chaîne d’électroménager JVG et le magasin Mundo Samira devaient ouvrir leurs portes avec des prix au rabais, ce qui augurait de nouvelles échauffourées.

 

Les propriétaires des trois firmes sont d’ores et déjà sous les verrous. «L’usure est un délit», a rappelé samedi le ministre du pouvoir populaire pour le Commerce. Pour justifier la mesure, Alejandro Fleming a dénoncé l’évolution du prix d’une machine à laver : «Achetée par Daka à 4 500 bolivars en février, elle a été mise à la vente à 24 000 en mai, et elle coûte dorénavant 47 000 bolivars [5 000 euros, ndlr] !» Selon la Banque centrale, les prix des équipements ménagers ont augmenté de 62% depuis le début de l’année. Le gouvernement menace maintenant de confisquer les marchandises des entreprises qui auraient spéculé sur les prix.

 

Ce week-end, le président socialiste, Nicolás Maduro, a prévenu : «Ce n’est que le début, ce que vous avez vu ces dernières heures n’est que la pointe de l’iceberg de ce que je vais faire pour protéger le peuple.» Ironie de l’histoire, la politique de «prix justes» voulue par le successeur de Hugo Chávez profite pour l’instant aux classes moyennes et supérieures. Les enseignes Daka sont situées dans des quartiers aisés et, même après la baisse de samedi, un téléviseur coûte toujours l’équivalent de plusieurs salaires minimums. Samedi, les pilleurs euphoriques étaient en costume.

See on www.liberation.fr

Venezuela: le gouvernement vend actifs pétroliers et réserves d’or, selon l’opposition

See on Scoop.itVenezuela

Le chef de l’opposition vénézuélienne Henrique Capriles a affirmé mardi que le gouvernement de Nicolas Maduro était en train de vendre des actifs pétroliers et une partie de ses réserves en or à l’étranger pour répondre à ses besoins en devises.

Citant des sources « au sein même du gouvernement » qu’il n’a pas identifiées, M. Capriles a assuré devant la presse que la compagnie pétrolière nationale PDVSA négociait actuellement la vente d’actions de sa filiale Citgo, basée à Houston (Etats-Unis), pour la somme de 300 millions de dollars.

Le leader de l’opposition, battu d’une courte tête à la présidentielle d’avril par M. Maduro, a également indiqué que le gouvernement préparait avec la banque d’investissement Goldman Sachs « la vente de 1.450 onces d’or (provenant) de ses réserves internationales, équivalant à plus de 1,8 milliard de dollars ».

Ces opérations visent selon l’opposant à couvrir les besoins du gouvernement, en manque de devises alors que le pays pétrolier dépend fortement des exportations.

Par ailleurs, selon M. Capriles, le gouvernement va contracter un emprunt de 3 milliards de dollars pour régler une dette due par l’organe vénézuélien d’administration de devises Cadivi à des importateurs nationaux.

L’opposant a en outre affirmé que les autorités prévoient d’industrialiser l’extraction d’or dans le sud du pays, afin de tenter de sortir de la « terrible situation économique » du pays, en proie aux pénuries et à une forte inflation, inégalée sur le continent. 

See on www.lesechos.fr

Venezuela : Maduro poursuit son opération anti-inflation malgré les pillages

See on Scoop.itVenezuela

Au Venezuela, les magasins d‘électroménager sont pris d’assaut et font même l’objet de pillages depuis la baisse des prix ordonnée par le président. Parfois la police doit ouvrir le feu. Le chef d’Etat accuse l’opposition de déclencher ces violences par l’infiltration de provocateurs.

 

28 personnes ont été arrêtées ce mardi dans le cadre de la lutte contre les hausses de prix illégales dans l‘électroménager. Le gouvernement accuse les importateurs de spéculer en achetant avec des dollars officiels des produits revendus au prix du dollar parallèle, huit fois plus élevé.

 

Le président Nicolas Maduro a donc imposé un rabais de 50 à 60% dans ce secteur. Il a précisé qu’il l‘étendrait cette semaine aux secteurs du textile, de l’alimentation, des jouets, des quincailleries et de l’automobile – tout cela à moins d’un mois d‘élections municipales. Il s’agit de la première échéance électorale pour le chef d’Etat depuis son élection en avril, et sa popularité est en baisse notamment à cause d’une inflation record supérieure à 50% cette année.

See on fr.euronews.com

Opération anti-inflation au Venezuela: au moins 28 détenus

See on Scoop.itVenezuela

Vingt-huit personnes étaient lundi soir aux mains de la justice au Venezuela, dans le cadre de l’opération anti-inflation lancée par le président Nicolas Maduro pour faire baisser des « hausses de prix illégales » des appareils électroménagers, a annoncé le parquet.

« Nous détenons 28 personnes, 10 mandats d’arrêts ont été lancés et trois commerces sont temporairement occupés » par les forces de l’ordre, a indiqué à la télévision publique VTV la procureure générale du pays, Luisa Ortega.

Vendredi, le président Maduro avait annoncé des inspections dans les magasins d’électroménager, dont les propriétaires étaient accusés de pratiquer des « hausses de prix illégales ». 

Au cours du week-end, des baisses de tarifs de 50 à 60% ont été imposées par les autorités, provoquant une ruée dans ces magasins.

See on www.lesechos.fr

Des gérants de magasins arrêtés pour prix abusifs au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Le gouvernement vénézuélien a annoncé dimanche l’arrestation des gérants de plusieurs magasins d’appareils électroniques dans le cadre d’une « guerre économique » lancée par le président socialiste Nicolas Maduro contre des prix jugés exorbitants.

 

Dans une grande campagne rappelant le style de son prédécesseur Hugo Chavez, mort en mars dernier, Maduro a envoyé l’armée « occuper » la chaîne de magasins électroniques Daka et dépêché des inspecteurs dans de nombreux autres magasins soupçonnés de forcer sur les prix.

 

Des milliers de Vénézuéliens se sont rués dans les magasins en espérant profiter des nouveaux prix « équitables » imposés par les autorités, parfois inférieurs de moitié aux prix précédents.

 

Mais des scènes de pillage, samedi, dans un magasin de la chaîne Daka, ont provoqué la colère de l’opposition qui a accusé le chef de l’Etat de déclencher le chaos au lieu d’aider les populations défavorisées. Cinq pilleurs ont été interpellés, a annoncé la justice.

 

Les autorités ont montré des caméras, des machines à laver, des climatiseurs dont les prix avaient parfois augmenté de 1.000%. Les gérants de magasins ont justifié ces hausses par le contexte d’inflation dans le pays – où la hausse des prix annuelle a atteint 54% – qui les oblige à acheter des dollars sur le marché noir à près de dix fois le taux officiel.

See on www.lesechos.fr