Venezuela. Nicolas Maduro et le fantôme de Chavez

See on Scoop.itVenezuela

Les photos d’une apparition «surnaturelle» d’Hugo Chavez sur le mur d’un tunnel du métro de Caracas rappellent les liens étroits entre croyances religieuses et politique au Venezuela.

 

Cette scène étonnante doit être restituée dans le contexte religieux très particulier de l’Amérique du Sud en général et du Venezuela en particulier. Bien que 92% de la population soit catholique, ce chiffre massif ne donne qu’une idée trompeuse de la diversité des croyances des Vénézuéliens. Le catholicisme qui y est pratiqué est fortement influencé par d’autres mouvements spirituels qui, contrairement aux doctrines chrétiennes, acceptent la présence concrète des fantômes et la communication avec les morts.

 

Ainsi la Santéria, religion synchrétique d’origine cubaine où se mêlent comme dans le Vaudou, rituels catholiques et cultes hérités des esclaves noirs d’Amérique du Sud, est en plein essor au Venezuela depuis 2008 et se confond avec le culte endémique de Maria Lionza. Cette déesse, à l’origine princesse indienne ou fille de conquistador selon une autre version du mythe, est souvent représentée comme une femme nue chevauchant un tapir.

 

D’autant qu’en prêtant foi à ce signe, le président vénézuélien ne se contente pas de raviver la mémoire du grand homme. Il rappelle aussi et surtout de quel côté il se place: celui du peuple. Car, au Venezuela, les différentes croyances coïncident largement avec les classes sociales. Tandis que la bourgeoisie fortunée pratique un catholicisme plus traditionnel sous l’égide d’un haut-clergé majoritairement conservateur, cette foi polymorphe et syncrétique peuplée d’esprits, d’êtres surnaturels et de miracles quotidiens est l’apanage des classes populaires.

 

 

See on www.parismatch.com

Publicités

Les commentaires sont fermés.