Au Venezuela, campagne électorale sur fond de « guerre économique »

See on Scoop.itVenezuela

Graciela Amaya, retraitée s’en réjouit : « Le président, Nicolas Maduro, a enfin décidé de serrer la vis aux capitalistes qui affament le peuple ». Pour trouver du rôti de porc à 45 bolivars (5 euros) le kilo, elle s’est levée à 4 heures du matin. Le marché Mercal, qui vend des produits à prix subventionnés, se tient dans les allées ombragées du centre de Caracas. On y vend de tout, même du sucre, de l’huile, de la farine de maïs et du lait en poudre.

Ces produits font défaut depuis des mois dans les supermarchés de la capitale. A quelques jours des élections municipales du 8 décembre, les premières depuis que Nicolas Maduro a été élu pour succéder à l’ancien président Hugo Chavez, le gouvernement multiplie les opérations Mercal, partout dans le pays. Une affiche appelle les citoyens à « voter pour l’amour ».

 

«Les mesures populistes du gouvernement vont encore aggraver les problèmes,juge Braulio, commerçant. Mais il faut reconnaître que c’est bien joué politiquement. Au lieu de tenter un redressement, Maduro joue le durcissement et sa base applaudit ». Le chef de l’Etat veut « blinder la transition au socialisme ». Une transition aux airs de fuite en avant. En privé, même les chavistes qui considèrent, à terme, une dévaluation inévitable s’inquiètent de l’avenir.

See on www.lemonde.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.