Au Venezuela, le scrutin municipal confirme l’érosion de l’électorat chaviste

See on Scoop.itVenezuela

Le scrutin municipal du 8 décembre au Venezuela confirme l’érosion de l’électorat chaviste. La majorité présidentielle remporte la plupart des mairies, mais l’opposition contrôle les grandes villes. Transformées en plébiscite de part et d’autre, il est légitime de mesurer le rapport de forces à l’échelle nationale : le chavisme totalise 5,1 millions de suffrages (49,2 %), l’opposition 4,4 milllions de voix (42,7 %).

 

Si on compare ce résultat avec les précédentes élections locales et régionales, en 2008, les chavistes perdent dix points et un million de voix : ils avaient obtenu à l’époque 6 075 100 de suffrages, soit 59,3 %. Entre les deux scrutins, l’abstention a augmenté, beaucoup d’électeurs ont voté avec les pieds.

 

La disparition de Hugo Chavez et la lente érosion de son électorat annoncent sans doute la fin d’un cycle, celui du populisme latino-américain. En Argentine, le péronisme, la matrice du chavisme, connaît également un affaiblissement et une fragmentation inédite depuis l’élection de Nestor Kirchner, en 2003. Les élections législatives d’octobre 2013 ont mis fin à la possibilité d’une seconde réélection de sa veuve, Cristina Kirchner. Le prochain président argentin sera peut-être péroniste, mais il ne sera sans doute plus issu des rangs des Kirchner, grands obligés de Hugo Chavez.

 

Le crépuscule du populisme dans ces deux pays sud-américains s’accompagne d’un essoufflement de leur modèle dirigiste de l’économie.

 

Le déclin du populisme pourrait à terme rebattre les cartes de l’intégration régionale en Amérique latine, mise à mal par l’idéologie et des forces centrifuges, dissimulées par une rhétorique de façade. Face au bloc des pays tournés vers le Pacifique, le Brésil pourrait relancer ses liens avec l’Europe à l’occasion des négociations entre l’Union européenne et le Mercosur (l’union douanière sud-américaine), affranchi des résistances de l’Argentine et du Venezuela. Ce rééquilibrage vers l’Atlantique devrait aussi favoriser une détente dans les relations avec les Etats-Unis, ébranlées par le scandale des écoutes de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

See on america-latina.blog.lemonde.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.