Venezuela : le résultat des élections municipales conforte la légitimité du président Maduro

See on Scoop.itVenezuela

C’est confirmé. Avec ou sans Hugo Chavez, le chavisme reste la première force électorale du Venezuela. « L’amour et la loyauté au commandant Hugo Chavez ont triomphé, a déclaré le président Nicolas Maduro, dimanche soir 8 décembre, sur la place Bolivar. La révolution peut maintenant continuer, plus forte encore. »

Il ne s’agissait que d’élections municipales, mais elles constituaient la première épreuve importante pour le successeur du défunt président Hugo Chavez, élu d’une courte tête en avril : moins de 1,6 % des voix le séparait alors de Henrique Capriles Radonski, le candidat de l’opposition.

Le PSUV remporte 15 des 24 capitales d’Etat. Certes, l’opposition conserve la mairie du Grand Caracas et Maracaibo, la deuxième ville du pays. Et elle remporte plusieurs capitales d’Etat : Merida, Valencia, Barquisimeto, San Cristobal, Maturin et Barinas, chef-lieu de l’Etat du même nom et fief historique de la famille Chavez. Dans ces deux derniers Etats, des chavistes dissidents avaient maintenu leur candidature contre la volonté du PSUV.

 

Les cinq municipalités qui composent le Grand Caracas demeurent divisées. A l’ouest, Libertador reste chaviste, pendant que l’opposition garde le contrôle des quatre municipalités de l’est, y compris celle populaire de Petare.

 

En faisant de ces municipales un plébiscite, l’opposition et le gouvernement prenaient des risques. La MUD a des raisons de craindre le découragement et les divisions. Le prochain scrutin – les législatives – est prévu pour la fin 2015. D’aucuns craignent que la petite aile dure de la MUD, qui conteste sa stratégie électorale, ne gagne en influence.

 

 « Quatre élections, Henrique Capriles a perdu quatre élections de suite », a insisté Nicolas Maduro au cours de son discours. Elu candidat de la MUD début 2012, Henrique Capriles a perdu contre Hugo Chavez puis contre M. Maduro, pendant que le PSUV a emporté les régionales de décembre 2012 et ces municipales. Son leadership à la tête de la MUD pourrait s’en trouver contesté.

 

Celui du président Maduro est, lui, renforcé. Très critiquées par l’opposition, qualifiées de populistes, les mesures économiques prises ces dernières semaines par le chef de l’Etat pour lutter contre la hausse des prix et les pénuries ont porté leurs fruits sur le terrain électoral. Elles ont aidé à gagner ces quelques points qui légitiment pour de bon M. Maduro à la tête de l’Etat et du PSUV.

See on www.lemonde.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.