Du côté du Venezuela : CHAVEZ VIVE, LA LUCHA SIGUE !

See on Scoop.itVenezuela

La mort de Chavez était censée mettre fin à la révolution faute de successeur à la hauteur. Et là, l’oligarchie commet une énorme erreur par incapacité de projeter sa pensée dans d’autres systèmes de valeurs que la sienne. Elle n’a pas mesuré à quel point la révolution bolivarienne prenait sa source dans le cœur du peuple, elle n’a pas compris que « Chavez était le peuple et le peuple est Chavez », n’était pas un culte de la personnalité artificiellement entretenu mais bien une symbiose, que Chavez et le peuple ont grandit ensemble.

La base de la révolution bolivarienne est ce petit peuple coloré qui humilié, discriminé, abandonné à la misère et à l’ignorance pas l’oligarchie, rencontrant des conditions de dignité de vie, à découvert sa propre intelligence politique, est devenu trop grand pour se laisser à nouveau réduire au néant de la misère et entend bien plutôt que d’y renoncer augmenter sa participation à la prise des décisions qui le concerne. Au-delà d’une mise en scène propagandiste parfois grandiloquente de la révolution bolivarienne, qui donne une image ponctuelle, emphatique à laquelle manque l’humour de Chavez pour rire du spectacle, il y a la basse solide de tous ceux, de toutes celles pour qui la révolution bolivarienne a permis d’accéder à la dignité d’humain à part entière. Une large base populaire qui n’est pas remise en question par la disparition de Chavez, parce que la condition de sa dignité est de poursuivre l’œuvre y compris par une critique parfois très aiguë du gouvernement actuel non pas anti-chaviste, au contraire, une critique constructive qui incite le gouvernement à aller de l’avant dans la révolution et donc vers l’état communal gouvernement par et pour le peuple. 

See on les-etats-d-anne.over-blog.com

Publicités

Les commentaires sont fermés.