Ceux de Jacoa

See on Scoop.itVenezuela

Nous sommes dans un de ces « fundos » qui, avant de s’organiser en communes, sont nés de l’alliance des forces paysannes contre les grands propriétaires du Venezuela et de Colombie. Rodolfo Romero : “la promulgation de la Loi des Terres en 2002 a poussé les gens à croire à la réalité d’un processus, aux paroles d’un Président, à une forme d’auto-gouvernement. Avant, 2 ou 3 personnes possédaient les 12.800 hectares que couvre aujourd’hui notre commune. Nous étions une poignée d’habitants taillables et corvéables par des grands propriétaires qui nous sous-payaient, violaient tous nos droits. Nous ne savions pas encore que le chemin serait long pour nous organiser, pour créer une conscience. Aujourd’hui pratiquement aucun de nous ne travaille plus pour un exploiteur –  chacun dispose d’une petite unité où nous produisons ce que nous consommons, l’excédent est partagé avec les voisins. Mais cette loi n’est pas tombée du ciel. Beaucoup de sang a été versé dans les zones rurales vénézuéliennes, dans le silence médiatique, dans l’indifférence générale. »

Depuis, ils se réunissent dans le Parlement : une maison où tout est discuté, de l’apport de chacun au plan de vacances des enfants au mode d’emploi des machines à semer, aux idées d’avenir : l’excédent du budget de la construction de 170 maisons se transforme en projet  de laboratoire d’analyse sanguine de chevaux, en élevage d’une variété locale de poules, en fromagerie.

See on venezuelainfos.wordpress.com

Publicités

Les commentaires sont fermés.