Le Venezuela, champion mondial de l’inflation en 2013

See on Scoop.itVenezuela

En 2012, 26 des 189 pays membres du Fonds monétaire international (FMI) avaient une inflation à deux chiffres. En 2013, le FMI a prévu que le nombre de ces mauvais élèves fût ramené à 16. Dans ce classement, le Venezuela et l’Argentineoccupent, depuis des années, une place de choix.

Le Venezuela a explosé les records d’inflation. Evaluée à 21,1 % en 2012 par le FMI, celle-ci y a atteint 56,2 % en 2013, de l’aveu des autorités. Cette contre-performance latino-américaine et mondiale a conduit le président Nicolas Maduro à annoncer, lundi 13 janvier, une augmentation de 10 % des retraites et du salaire minimum, qui devrait atteindre environ 520 dollars (381,8 euros) par mois.

 

Avec des accents dignes de son prédécesseur à la présidence, Hugo Chavez, M. Maduro a redit, lundi, que cette inflation « criminelle », quasi triple de celle de 2012, résultait « de la guerre économique » menée contre son gouvernement par « la droite et la bourgeoisie internationale ».

 

Nombre d’économistes y voient plus prosaïquement le fruit, entre autres, du contrôle des changes instauré en 2003 et de la parité fixe imposée sur le dollar. Le billet vert a atteint jusqu’à dix fois le taux officiel sur les marchés parallèles. Et, analyse Daniela Ordonez (COE-Rexecode), comme le Venezuela s’est reposé sur ses lauriers de pays producteur de pétrole et qu’il s’est désindustrialisé de façon accélérée depuis une dizaine d’années, de nombreux biens deconsommation et d’équipement, mais aussi des produits alimentaires, doivent êtreimportés (et réglés en dollars).

See on www.lemonde.fr

Publicités

PetroVietnam suspend ses opérations au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Le groupe d’Etat vietnamien PetroVietnam a suspendu sa production de pétrole brut au Venezuela en raison des difficultés économiques du pays sud-américain, a indiqué mercredi un responsable de l’entreprise à l’AFP.

PetroVietnam exploitait jusqu’alors le site Junin-2 dans le bassin de l’Orénoque conjointement avec la compagnie nationale pétrolière vénézuélienne Petroleos de Venezuela.

Ces opérations ont été suspendues, a déclaré à l’AFP un responsable de PetroVietnam, sous couvert d’anonymat.

Selon Phung Dinh Thuc, président de PetroVietnam, cette décision est liée à l’inflation galopante au Venezuela qui a rendu le coût de l’exploitation trop élevée.

« La situation actuelle au Venezuela est très difficile avec une détérioration de l’économie et une forte inflation », avait-il ainsi indiqué la semaine dernière dans le Saigon Economic Times.

L’inflation au Venezuela — la plus élevée d’Amérique latine– a grimpé à 56,2% en 2013, selon les chiffres officiels, soit près du triple de celle de 2012 (environ 20%).

PetroVietnam a décidé de « suspendre ce projet pour négocier avec son partenaire vénézuélien un changement des termes et d’attendre jusqu’à ce que le climat d’investissement s’améliore », selon Saigon Economic Times.

Selon les estimations citées par le journal, le site Junin-2 aurait des réserves d’environ 1,4 milliard de barils de brut.

La production avait commencé en septembre 2012, selon l’article citant PetroVietnam qui avait un objectif de 200.000 barils par jour au Venezuela.

See on www.lesechos.fr