Le chavisme, un modèle ou un exemple ?

See on Scoop.itVenezuela

Après Simon Bolívar, Hugo Chavez est certainement la figure la plus influente de l’histoire du Venezuela et l’une des personnalités les plus en vue de l’anti-impérialisme que l’humanité n’ai jamais rencontré.

 

Hugo Chavez n’était pas un dogmatique. C’était juste un honnête homme, révolté par les injustices qui se passaient dans son pays. Sans théorie précise, il voulait simplement essayer de résoudre les problèmes de son peuple.

 

On peut dire que le chavisme a été fondé depuis que Chavez a mené la rebéllion militaire du 4 février 1992, mais c’est dès son élection comme président du Venezuela en 1998 que le chavisme a été connu de façon plus approfondie.

 

Pour comprendre ce qu’est le chavisme, il est indispensable de se libérer, nous Européens, de nos nombreux préjugés, qu’ils soient idéologiques ou teintés de mépris envers les pays du Sud. Pour saisir tout le sens du chavisme et de son message révolutionnaire, il faut avoir aussi un minimum de connaissance de l’Histoire de l’Amérique latine et du Venezuela en particulier.

 

Le chavisme n’est pas une doctrine philosophique, ni une idéologie comme on l’a conçoit sous nos latitudes, avec un corps structuré d’idées. Il s’agit plutôt d’une sorte de sentiment, d’un état d’esprit qui a imprégné les masses populaires comme l’a été le péronisme en Argentine. Personne ne peut dire ce que professait Hugo Chavez, comme personne ne peut dire s’il était social-démocrate ou chrétien-social. C’était plutôt un ensemble d’idées qui incluait une conception globale d’Etat, d’économie et de culture. Chavez n’a pas fait appel à l’une des normes doctrinales, philosophiques ou politiques connues en Europe ou en Amérique du Nord.

See on www.legrandsoir.info

Publicités

Les commentaires sont fermés.