Les nationalisations en Amérique latine, instrument de souveraineté et de développement

See on Scoop.itVenezuela

Le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur ont fait des nationalisations un instrument clef de leur politique visant l’émancipation.

 

L’arrivée des forces politiques de gauche au gouvernement des pays de l’Amérique latine ont signifié un coup d’arrêt à deux décennies de politiques néolibérales d’ajustement structurel inspirées par le Fonds monétaire international (FMI). Ces politiques ont livré les ressources naturelles de ces pays, jusque-là sous contrôle de l’État, aux compagnies transnationales.

 

Les nationalisations font partie de formes nouvelles d’appropriation qui existent dans les pays d’Amérique latine et qui contribuent à la diversification de leurs économies : propriétés communales comme en Bolivie, coopératives et usines récupérées par leurs salariés au Venezuela.

 

Les nationalisations sont un acte politique fort de souveraineté populaire face aux grandes puissances. Elles apportent des moyens pour le développement humain. Pour autant, elles posent la question de la diversification des matrices énergétiques et le défi de l’industrialisation pour que ces pays ne soient plus les pourvoyeurs de matières premières des pays dominants. 

See on blogs.mediapart.fr

Publicités

Le Venezuela et le cacao

See on Scoop.itVenezuela

Vendredi, Daniel Boutavant est venu présenter un diaporama sur la région de Chuao au Venezuela. Daniel est membre de l’association de solidarité internationale, France-Amérique latine (FAL), qui travaille depuis plus de 40 ans à dénoncer les atteintes aux droits humains.

 

Chuao est un village vénézuélien dans une vallée accessible seulement par la mer, les hommes sont pêcheurs et les femmes produisent en coopérative un cacao réputé mondialement, sa vente permet au village de bien vivre. Des Français s’y rendent pour les aider à apprendre le français et à former des guides pour le tourisme naissant.

See on www.lejsl.com

Le Venezuela annonce un changement à son système d’échange de devises étrangères

See on Scoop.itVenezuela

Le gouvernement vénézuélien a adopté de nouvelles mesures pour mieux réguler les devises étrangères dans le pays afin de rééquilibrer l’économie.

 

Dans une interview diffusée dimanche sur la chaîne privée Venevision, le vice-président aux Affaires économiques, Rafael Ramirez, a confirmé que 82% des devises étrangères vendues dans le pays seraient vendues au taux officiel subventionné de 6,3 bolivars vénézuéliens par dollar américain, et que les 18% restants serait vendu au double de ce taux.

 

M. Ramirez, qui est également ministre du Pétrole et des Mines, a déclaré que le government allait allouer 42,96 milliards de dollars en bolivars aux secteurs prioritaires que sont la santé, l’éducation et l’alimentation.

 

Les 82% fixés correspondent à la quantité nécessaire pour faire fonctionner l’économie du pays de façon efficace, a expliqué M. Ramirez. Le gouvernement prévoit de mettre aux enchères environ 11,8 milliards de dollars lors des ventes hebdomadaires de la SICAD (système complémentaire d’accès aux devises).

See on french.china.org.cn

Le vallenato : un goût de Colombie au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Je n’entrerai pas ici dans les détails de l’histoire officielle du vallenato, pour laquelle je vous renvoie aux articles de Wikipedia en espagnol ou en anglais. Sachez cependant qu’à l’origine de ce genre musical, il y a deux siècles, c’est une flûte qui faisait office d’instrument soliste. Selon l’histoire –ou la légende ?– l’accordéon, actuel instrument emblématique du vallenato, n’a été introduit qu’à la fin du 19e siècle, à la suite du naufrage d’un navire allemand rempli d’accordéons sur la côte caribéenne de la Colombie !

Après une période traditionnelle durant laquelle l’instrumentation était limitée à  l’accordéon, à un petit tambour appelé caja et à la guacharaca, un instrument de friction, le genre s’est modernisé et commercialisé aux alentours des années 1970, avec l’adjonction d’un chanteur et de nouveaux instruments, comme la basse ou le piano électrique. Les paroles des chansons ont aussi évolué, évoquant de moins en moins la vie quotidienne des paysans et s’attachant de plus en plus à des thèmes romantiques. À cette période, le vallenato a essaimé vers d’autres pays latinoaméricains, notamment le Venezuela et le Mexique.

See on venezuelatina.com

Venezuela: la pénurie, signe du déséquilibre permanent de l’économie

See on Scoop.itVenezuela

Aliments de base, papier, produits d’hygiène, médicaments… Le Venezuela connaît une grave pénurie des biens de première nécessité, mais également des services. En conflit financier avec le gouvernement vénézuélien, plusieurs compagnies aériennes étrangères ont même suspendu la vente de leurs billets au Venezuela, où le contrôle des prix et l’accès limité aux devises étrangères aggravent une situation économique déjà instable. Éclairage sur la situation avec Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de l’Amérique latine.

See on www.jolpress.com