Rien de nouveau au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Ce titre peut surprendre, mais en réalité il confirme tout ce que nous avons déjà écrit. La révolution bolivarienne, qui avance dans un cadre électoral, pacifique, démocratique, de pluralisme politique, se heurte depuis des mois à une stratégie « à la chilienne », de déstabilisation politique et économique, par tous les moyens.

 

La « guerre économique » est le premier d’entre eux. Malgré les nationalisations, la massivité des investissements publics, l’élargissement des secteurs d’Etat, associatif, coopératif, d’économie mixte, le privé reste largement majoritaire. Le puissant Medef local, Fedecámara, ouvertement factieux, « donna » au pays son chef, Pedro Carmona, comme président éphémère lors du coup d’Etat contre Chavez en 2002.

 

La stratégie de « coup d’Etat permanent » de l’opposition, de putsch rampant, comme en 2002, oblige le gouvernement à les déjouer, avec retenue, quitte à ralentir « l’agenda socialiste ». Mais n’est-ce pas l’un des objectifs des factieux ?

See on blogs.mediapart.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.