Au Venezuela, c’est martyr contre martyr

See on Scoop.itVenezuela

Manifestant anti-gouvernemental, Bassil Da Costa avait 23 ans. Leader d’un collectif défendant la révolution-bolivarienne, Juan Montoya avait 53 ans. Leur mort à quelques minutes d’intervalle, le 12 février, est le symbole des terribles divisions politiques qui secouent le pays.

Un ballon de foot sur le cercueil de l’un, une mitraillette sur celui de l’autre. Le manifestant Bassil Da Costa et le révolutionnaire Juan Montoya, abattus lors des violentes manifestations du 12 février au Venezuela, sont en train de devenir de véritables mythes. Ils représentaient, chacun à leur manière, les deux nations qui s’affrontent au sein d’un même pays.

 
See on www.slate.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.