Venezuela: cette autre Ukraine dont on ne parle pas

See on Scoop.itVenezuela

Tandis que l’Europe s’émeut des violences perpétrées en Ukraine, un autre drame politique et social se déroule de l’autre côté de la planète. Mêmes manifestations interminables, mêmes images de bâtiments en feu et de barricades, mêmes accusations de putsch de la part du pouvoir en place.

 

Si la situation à Kiev monopolise l’attention politique et médiatique, le conflit au Venezuela a tout de même réveillé les hostilités entre les pro et anti-chavistes dans la classe politique française. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, s’est fendu d’un communiqué pour appeler à la libération de Leopoldo López ainsi qu’à « la fin des arrestations arbitraires » en Amérique Latine. « Le gouvernement de Nicolas Maduro bénéficie d’une étonnante complaisance alors qu’il étouffe les libertés fondamentales, comme le faisait Chavez lui-même, et que son échec économique est patent », critique le chef de file de l’opposition, qui n’a jamais caché son hostilité aux révolutions bolivariennes.

 

Une interprétation aux antipodes de celle du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, farouche partisan du chavisme mais qui ne s’est toujours pas exprimé publiquement sur le sujet depuis le début de la révolte estudiantine. « Depuis le putsch d’avril 2002, ce sont les mêmes protagonistes, c’est le coeur le plus rance de l’oligarchie vénézuelienne qui est aujourd’hui à l’oeuvre. Après l’échec de leur référendum révocatoire et leur défaite aux municipales, ils renouent avec leur stratégie de tension putschiste », dénonce Raquel Garrido, porte-parole internationale du PG.

See on www.huffingtonpost.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.