«Les manifestants vénézuéliens n’ont plus rien à perdre»

See on Scoop.itVenezuela

Une nouvelle manifestation est prévue ce mardi à Caracas, alors que les affrontements entre l’opposition et les forces gouvernementales ont déjà fait 14 morts et 140 blessés.

 

«Il ne s’agit pas d’une révolte de bourgeois comme voudrait le faire croire le pouvoir mais bien d’un mouvement populaire, qui exprime un ras-le-bol contre un gouvernement qui n’a pas su tenir les promesses de Chávez. Le mouvement étudiant a été le catalyseur», souligne Frédérique Langue, directrice de recherche au CNRS, spécialiste du Venezuela. «Maduro n’a ni le charisme de Chávez ni le réel soutien des classes populaires, qui le perçoivent comme éloigné de leurs préoccupations. Le fait que le Venezuela continue d’envoyer des subsides à Cuba et au Nicaragua en pleine période de crise ne passe plus.»

Quelques grandes voix populaires relaient s’associent au mouvement, comme celle du chanteur Ruben Blades, engagé à gauche, qui a écrit une lettre à Maduro.

 

«Les médias étrangers et locaux et Internet étant en grande partie censurés, il ne reste à la population vénézuélienne que la rue pour se faire entendre», poursuit Frédérique Langue. «Ce que les Vénézuéliens disent aujourd’hui, c’est qu’ils n’ont plus peur, malgré une répression d’une intensité jamais vue depuis celle de février 1989, lorsque les quartiers pauvres s’étaient révoltés. Les manifestants n’ont plus rien à perdre, on est arrivé à une situation de non-retour.»

See on www.liberation.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.