Venezuela : Socialisme et Pénurie

See on Scoop.itVenezuela

Au Venezuela, les médias et la bourgeoisie ne comprennent pas qu’il puisse y avoir encore des problèmes alors que le pétrole coule à flots. Pour les médias et la bourgeoisie, le pétrole est synonyme de bonheur et il y en a même qui tueraient pour en avoir plus. D’ailleurs, ils ne comprennent même pas pourquoi il y a eu une révolution pour commencer – puisqu’il n’y avait pas de problèmes avant puisqu’il y avait déjà du pétrole – qui coulait à flots. Et soudain, ils ont mal à la tête à trop réfléchir et prennent l’avion pour consulter (un spécialiste, à Miami).

 

Pour les médias et la bourgeoise, l’apparition d’une armée de médecins cubains est une ingérence. Gageons que si les mêmes Cubains avaient débarqué pour ramasser les poubelles dans les quartiers chics, ils auraient appelé ça « la mobilité de la main d’oeuvre à l’ère de la globalisation ».

 

Pour les médias et la bourgeoise, les élections ne sont des élections que lorsque ceux qui les remportent sont dignes d’être invités sur un plateau de télé. Une révolution n’est une révolution que lorsque les Pussy Riot s’en mêlent et qu’après avoir reçu la bénédiction de BHL, sinon c’est juste du désordre populiste sous leurs balcons.

 

Les médias et la bourgeoisie ne sont ni sourds, ni aveugles. Comme tout un chacun, ils voient et ils entendent mais, comme tout un chacun, ils s’intéressent, se désolent et s’outragent pour ce qui leur paraît (à eux) intéressant, désolant et outrageant. Et avec le Venezuela, rarement leur « vision de classe » aura été si limpide, si démonstrative, si incontestable et si… naturelle.

 

Et au Venezuela, comme ailleurs, constatons que lorsqu’on chasse le naturel par les urnes, il revient aussi sec au galop par les rues.

jlcrcfx‘s insight:

La preuve par l’absurde, un article chargé d’ironie décapante.

See on www.legrandsoir.info

Publicités

Les commentaires sont fermés.