Venezuela : Dossier/ Quand la crise sociale explose.

See on Scoop.itVenezuela

La crise économique et sociale au Venezuela a pris une grande ampleur. Elle constitue l’arrière-fond des affrontements politiques qui ne cessent de s’exacerber depuis le mercredi 12 février. Dès le début février, des manifestations étudiantes ont eu lieu.

Le gouvernement Maduro accuse«des groupes fascistes de l’ultra-droite» de répéter «le schéma d’avril 2002», c’est-à-dire une grande manifestation qui déboucha sur un coup d’Etat sans lendemain.

Selon le sociologue Carlos Raoul Hernandez de l’Université centrale du Venezuela, cité par Inter Press Service,la situation est différente dans la mesure où «un énorme mal-être croît dans les secteurs propres du chavisme à cause de la gigantesque crise économique et de sa gestion désastreuse». Il laisse entendre que l’analogie avec 2002 a pour fonction de «gouverner au moyen d’un état d’exception».

L’historienne Margarita Lopez Maya du Conseil latino-américain de sciences sociales (CLACSO) affirme: «Une fois perdus les enchantements produits par le discours et la présence du leader charismatique (Chavez), la réalité en rien prometteuse est apparue sous son vrai visage et indéniable.» 

La droite opposée radicalement au «processus bolivarien» mobilise avec force, utilise divers claviers (le «pacifique» Capriles, le «dur» Leopoldo Lopez). Pour l’heure, la hiérarchie de l’armée ne semble pas donner un appui à l’opposition qui se fait virulente.

 

Nous publions ci-dessous deux analyses et prises de position de courants anticapitalistes vénézuéliens. Le premier, Marea Socialista, est partie prenante du PSUV (Parti socialiste unifié du Venezuela). Le second, le Parti Socialisme et Liberté, dont le porte-parole le plus connu est le syndicaliste Orlando Chirino, de la Centrale ouvrière classiste C-cura, se situe en dehors du chavisme et dénie le caractère socialiste du processus bolivarien. Ces deux prises de position permettent de réfléchir au-delà du «chaos événementiel» propre à ce genre de conjoncture. (Rédaction A l’Encontre)

Ainsi que :

Que se passe-t-il au Venezuela? Par Simon Rodriguez Porras, précédé d’un commentaire de Marc Saint-UpéryLes travailleurs face à la crise économique et sociale : Déclaration du Courant classiste, unitaire, révolutionnaire et autonome (C-cura)
See on blogs.mediapart.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.