Le Venezuela s’enflamme: « San Cristobal, l’épicentre où tout a commencé »

See on Scoop.itVenezuela

« San Cristobal est l’épicentre où tout a explosé », explique Liscar Depablos, une étudiante en médecine de 22 ans. « Ca ne va pas s’arrêter », avertit-elle. Barricades de détritus calcinés, barrières métalliques, troncs d’arbres ou machines à laver bloquent plusieurs rues de la ville, dans l’ouest du Venezuela, berceau de la mobilisation étudiante entamée début février. Mais les étudiants ne sont les seuls à prendre part aux blocages: médecins, avocats, commerçants, voire retraités de la fonction publique sont également mobilisés contre le gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro sont également mobilisés. 

Au départ, les barricades de San Cristobal étaient destinées à freiner l’avancée des unités anti-émeutes de la police et de leurs véhicules blindés. Mais beaucoup d’habitants de cette ville de 260 000 personnes bloquent désormais les rues pour dissuader des hommes à moto de circuler à la nuit tombée, en tirant des coups de feu et en volant. 

Chaque barricade est tenue par six à 20 jeunes masqués, munis de lance-pierres, de cailloux et de petits bazookas pour lancer des feux d’artifice.

See on www.lexpress.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.