Climat de violence au Venezuela : le gouvernement et l’opposition doivent garantir le respect des droits humains

See on Scoop.itVenezuela

La violence et la polarisation croissantes au Venezuela représentent un grave risque pour le respect des droits humains et l’état de droit, après environ un mois de forte mobilisation sociale de la part des partisans comme des adversaires du gouvernement.

La mort d’Acner Isaac López, membre de la garde nationale, et de José Gregorio Amaris jeudi 6 mars dans l’État de Miranda, des suites semble-t-il de blessures par balle, ainsi que de l’étudiant Daniel Tinoco et de la chilienne Giselle Rubinar Figueroa, tués par balle, porte à 23 le nombre de victimes de ces violences.

Nous demandons aux autorités d’indiquer de manière absolument claire que leur priorité est le respect des droits humains et de l’état de droit. Cela implique, pour commencer, de s’abstenir de faire des déclarations susceptibles de provoquer des affrontements entre différents secteurs de la population civile, qui risquent à leur tour de se solder par de graves violations des droits humains.

Nous exhortons par ailleurs les dirigeants de l’opposition à lancer un appel à leurs partisans en leur recommandant de ne pas employer la violence, notamment contre les personnes dont les opinions politiques diffèrent des leurs. 

See on www.amnesty.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.