Des comptes secrets ouverts par le Venezuela au Panama?

See on Scoop.itVenezuela

Le Panama ne lave pas son linge sale en famille. Depuis que le président vénézuelien, Nicolas Maduro, a rompu les relations diplomatiques avec son voisin, celui-ci distille ses révélations, quitte à s’embarrasser lui-même.

 

«On ne permettra à personne de s’en prendre à notre patrie» a juré Maduro, le 5 mars dernier, dans une allocution prononcée au Cuartel de la Montaña, la caserne où gît le corps d’Hugo Chavez. A l’occasion des commémorations célébrant le premier anniversaire de la mort du leader, son successeur lui a emprunté ses fameuses saillies, accusant son homologue panaméen d’être le « laquais rompant » des Etats-Unis. 
  
Un « langage grossier » pour Roberto Henríquez, ministre de la Présidence Martinelli, qui est apparu étrangement menaçant sur la chaîne Telemetro: « De quel droit (Maduro) parle de corruption quand il a eu recours aux services de banques (panaméennes) pour occulter l’existence de fortunes (chavistes). Ces derniers « ont pillé leur pays ». 

Et de poursuivre : « Ce caballero (Maduro toujours) a mis le Venezuela au service d’un petit groupe, dont il tire ses soutiens, qui contrôle le pays et possède les armes. Une grande part de cet argent se trouve dans les banques au Panama. Par cette voie arriveront probablement quelques mesures de rétorsion. » 

Habituellement très réticent à communiquer la moindre information sur ses clients, on ne peut que s’étonner de l’humeur bavarde d’un pays longtemps classé dans la liste noire des paradis fiscaux, notamment dressée par l’Organisation de coopération et de développement économiques, l’OCDE.

See on www.marianne.net

Publicités

Les commentaires sont fermés.