Sean Penn organise des ateliers de théâtre au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Sean Penn s’est rendu au Venezuela pour offrir des cours de théâtre aux jeunes.

 

L’acteur, qui était très proche de l’ancien président du pays, Hugo Chavez, a rencontré son successeur, le président Nicolas Maduro, pour discuter de la possibilité d’animer des ateliers de théâtre pour les étudiants, via sa Fondation La Villa Del Cine à Caracas.

 

«Avec Sean, nous avons parlé de l’idée d’ouvrir un atelier de cours de comédie à Villa del Cine», a annoncé Nicolas Maduro. «Les jeunes pourront profiter de l’expérience de Sean… Nous admirons et aimons tous profondément Sean.»

 

Les dates des ateliers n’ont pas encore été révélées, mais le soutien de Sean Penn pour le gouvernement de Nicolas Maduro, fait face aux manifestations pour un changement politique.

See on fr.canoe.ca

Publicités

Manif: le Venezuela reconnaît des abus

See on Scoop.itVenezuela

La procureure générale du Venezuela a reconnu que certains membres des forces de sécurité avaient commis des «abus» dans leur traitement des manifestants antigouvernementaux, mais a aussi tenu à dire que la plupart des officiers respectent la loi.

 

Luisa Ortega a annoncé que les procureurs menaient 60 enquêtes en lien avec des allégations de non-respect des droits de la personne par des membres des forces de sécurité dans la gestion des manifestations, qui ont commencé il y a cinq semaines.

 

Dimanche, Mme Ortega a précisé que 15 policiers avaient été arrêtés jusqu’à maintenant. Elle a ajouté que ces arrestations démontrent que les autorités ont l’intention de sévir contre tout acte de transgression.

See on journalmetro.com

Une femme enceinte abattue au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Une femme enceinte a été abattue d’une balle dans la tête en marge d’une manifestation en périphérie de la capitale du Venezuela, tandis qu’un membre de la garde nationale a été tué par balle alors qu’il tentait de dégager une route envahie par les manifestants, ont annoncé les autorités lundi.

 

Il s’agit des plus récentes victimes des violences qui assombrissent les manifestations antigouvernementales au Venezuela depuis cinq semaines.

 

La femme tuée, Adriana Urquiola, 28 ans, est morte dimanche soir à Guaicaipuro, près de Caracas, a déclaré le maire de la municipalité.

Enceinte de cinq mois, Mme Urquiola a été atteinte d’une balle à la tête après avoir quitté un autobus coincé dans la circulation à cause d’une barricade érigée par des manifestants antigouvernementaux. Elle avait commencé à marcher en direction de la barricade, mais il ne semble pas qu’elle participait à la manifestation. On ne sait pas qui est à l’origine des tirs.

 

Le membre de la garde nationale, le sergent Miguel Antonio Parra, a rendu l’âme lundi lors d’une manifestation à Merida, a indiqué le maire de cette localité du sud-ouest du pays, Carlos Garcia.

See on journalmetro.com

Venezuela : inquiétudes sur la liberté de la presse

See on Scoop.itVenezuela

Après plus d’un mois de contestation du gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro, on compte plus de 30 morts dans et autour des manifestations de l’opposition. La procureure générale de l’Etat, Luisa Ortega Diaz, a reconnu des excès de la part des autorités contre les manifestants. Le commandant général de la Garde Nationale, Justo Noguera Pietri, a reçu une délégation de journalistes qui protestaient contre l’arrestation d’un journaliste du quotidien 2001, Mildred Manrique.

 

Le général Noguera s’est engagé à enquêter sur 56 cas d’agression contre des journalistes, une liste établie par le syndicato nacional de Trabajadores de la Prensa (le syndicat des travailleurs de la presse). Les medias vénézuéliens se plaignent d’une précarisation de leur situation : arrestations, saisie de matériel, perquisitions. L’approvisionnement en papier journal a constitué l’un des premiers sujets d’inquiétude. Le pays n’en produisant pas, tous les journaux dépendent du gouvernement, seul pourvoyeur de devises, pour acheter à l’extérieur un produit indispensable à leur avenir.

 

Pour cette raison, une vingtaine de journaux ont cessé de paraître depuis septembre et plusieurs, parmi lesquels El Nacional, ont dû réduire drastiquement leur pagination. 

See on blog.lefigaro.fr

Venezuela : une députée opposante déchue de son mandat

See on Scoop.itVenezuela

La députée vénézuélienne d’opposition radicale Maria Corina Machado a été destituée de son mandat pour s’être exprimée devant l’Organisation des États américains (OEA) sur la situation au Venezuela, a annoncé lundi le président du Parlement.

 

Mme Machado « a cessé d’être députée » car elle a été invitée en tant que « fonctionnaire auxiliaire » du Panama devant l’OEA vendredi, a déclaré Diosdado Cabello, président de la Chambre des députés et numéro deux du pouvoir vénézuélien.

 

Caracas a rompu début mars ses relations diplomatiques et commerciales avec le Panama après que celui-ci eut proposé que l’OEA débatte des troubles qui agitent le Venezuela depuis le 4 février.

 

Mme Machado souhaitait s’exprimer lors d’une réunion publique du Conseil permanent de l’OEA vendredi à Washington, mais la question vénézuélienne a finalement été exclue de l’ordre du jour de la session, qui s’est en outre tenue à huis-clos.

 

« Après ses agissements, Mme Machado a cessé d’être députée. Nous sommes en train de donner les instructions pour qu’à partir de cet instant, elle ne rentre plus (à l’Assemblée) comme députée, du moins sous cette législature », a affirmé sur la télévision officielle VTV M. Cabello. « Elle n’a plus d’immunité parlementaire, elle peut être arrêtée à tout moment sans préavis », a-t-il poursuivi.

 

Dimanche, la députée, qui se trouve actuellement en déplacement au Pérou, avait expliqué sur Twitter que les Panaméens l’avait « accréditée par erreur et grâce à cela, (elle avait) pu assister à la session à huis-clos et parler depuis leur siège » devant l’OEA.

 

Mardi, la majorité « chaviste » à l’Assemblée avait déjà voté une résolution demandant la mise en accusation de l’élue pour « trahison » et « homicide », notamment.

See on www.challenges.fr

25 vérités sur les manifestations au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Comme en 2002, l’opposition radicale, incapable de prendre le pouvoir par les urnes, multiplie les actions violentes dans le but de rompre l’ordre constitutionnel.

Maria Corina Machado, députée de l’opposition a lancé un appel à mettre fin à la « tyrannie » : « Le peuple du Venezuela a une réponse : ‘Rébellion ! Rébellion ! ». Elle a clairement lancé un appel à la rupture de l’ordre constitutionnel : « Certains disent que nous devons attendre les élections dans quelques années. Est-ce que ceux qui n’arrivent pas à alimenter leurs enfants peuvent attendre ? Est-ce que les fonctionnaires, les paysans, les commerçant, a qui on ôte leur droit au travail et à la propriété peuvent attendre ? Le Venezuela ne peut plus attendre ».

See on www.agoravox.fr