VENEZUELA. Des « applis » pour gérer la pénurie de médicaments

See on Scoop.itVenezuela

Face au manque de médicaments, des laboratoires et des pharmacies ont développé des applications pour aider les malades dans leurs recherches.

 

« Cherche 10 boites d’Exoplasmil, Caracas, appeler au 041516168181 ». Exaspérés d’écumer toutes les pharmacies de la capitale pour trouver des médicaments, les Vénézuéliens passent désormais des annonces sur Facebook et Twitter. Au Venezuela, la pénurie ne touche pas seulement le papier toilette et les aliments : selon la Fédération pharmaceutique vénézuélienne, il manquerait entre 40% et 60% des médicaments, en premier lieu ceux qui concernent les traitements contre le cancer du sein, le VIH et le diabète.

Mais à court de devises dans un système de contrôle de change fixe, l’Etat socialiste est désormais incapable de fournir aux entreprises de santé tous les dollars dont elles ont besoin pour acheter leurs marchandises à l’étranger. Or, d’après Angel Marquez, vice-président de la chambre d’industrie pharmaceutique, « 70% des médicaments disponibles en pharmacie sont achetés sur les marchés internationaux. » 

Bien que l’attribution de dollars au secteur de la santé soit considérée comme prioritaire par le gouvernement, les complications administratives amplifient le problème. « Le ministère de la Santé est mal organisé, les cliniques privées font par exemple de meilleurs inventaires et résistent mieux à la pénurie », explique Maria Soraira Rojas, traumatologue depuis 26 ans à l’hôpital public Magallanes de Catia. Selon le journal « Ultimas Noticias », le gouvernement socialiste devrait 1,6 milliard d’euros au secteur pharmaceutique, ce qui pourrait encore empirer la situation.

 

See on tempsreel.nouvelobs.com

Advertisements

Les commentaires sont fermés.