VENEZUELA : Òù la conspiration par sabotage économique montre ses limites !

See on Scoop.itVenezuela

Les pertes qui se chiffrent en millions et les dégâts au patrimoine générés par les foyers violents à des centaines de petits, moyens et grands commerçants de l’avenue Las Americas de la capitale de l’état de Mérida ont suscité un virage dans le discours de déstabilisation de la Chambre de Commerce et d’Industrie de cet état, situé à l’ouest du pays.

 

La direction de l’organisation corporative a pris une position politique, le 25 février dernier, par un communiqué dans lequel ils se joignent à la désobéissance à l’ordre Constitutionnel en vigueur, soutiennent le « départ » que des secteurs d’extrême droite promeuvent pour tenter de déposer par la violence et des actes terroristes la gouvernement de Nicolas Maduro, élu par la majorité du peuple.

 

Cependant, 1 mois et demi a passé et des groupes de vandales se sont abattus sur la population et les commerçants avec le barrage des avenues Las Americas et Los Proceres.

 

Face à cette situation, Marcos Delgado, le président de la Chambre de Commerce de l’état, a informé que les estimations préliminaires indiquent des pertes qui se chiffrent en millions pour les commerces situés dans ce secteur.

 

« En définitive, appeler à la violence est appeler à une guerre civile et ce n’est la bonne voie pour aucun pays », souligne le président de la corporation commerciale qu’on a consulté à propos des appels persistants aux actions de rue diffusés sur les réseaux sociaux par des porte-paroles de l’organisation Volonté Populaire.

 

Aujourd’hui, les groupes de choc ont affecté plus de 300 commerçants et des milliers d’habitants avec ce que la Chambre de Commerce décrivait en février dernier comme « des protestations pacifiques des glorieux étudiants et de la société civile », selon le communiqué.

 

Dans la zone, estimée à 3 km carrés, qui entoure les avenues Las Americas et Los Proceres, au moins 11 réduits violents empêchent la libre circulation, réduisant le droit au travail, à la santé, à la paix et à l’éducation de milliers d’habitants de Mérida.

 

Dans les 900 km restants de superficie de l’état, le peuple conserve son rythme de vie normal malgré la pénurie de fournitures et la congestion de la circulation provoquée par le barrage des deux artères importantes par des groupes violents. 

See on bellaciao.org

Advertisements

Les commentaires sont fermés.