Le combat de Teodoro Petkoff pour les libertés au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Teodoro Petkoff est un des premiers à faire la distinction entre les deux gauches latino-américaines, la gauche populiste et la gauche républicaine, dans un ouvrage publié en 2005 (Las dos izquierdas, Alfadil) : « une gauche archaïque, conservatrice, faussement radicale, autoritaire et messianique », représentée par Chavez et ses alliés « bolivariens » ; opposée à « une gauche moderne », capable de combiner « le réformisme avancé, la sensibilité sociale, le développement économique équitable et l’élargissement de la démocratie », au pouvoir au Chili, au Brésil et en Uruguay.

« Nicolas Maduro essaye d’affirmer son leadership en utilisant un langage agressif, disqualifiant les opposants, parce qu’il tente de reproduire le modèle de pouvoir chaviste, confie Petkoff. Mais Chavez avait un style conforme à sa personnalité, tandis que Maduro est un imposteur, devenu président par hasard, à cause de la maladie et la mort de son mentor. Maduro n’a ni la force militaire de Chavez ni sa popularité. Pendant des années, il n’était qu’un bureaucrate. »

« Les Cubains n’ont pas imposé Maduro, ce genre de décision revenait à Chavez, il ne recevait pas d’ordres. Maduro a été choisi parce que il était le plus inoffensif, contrairement à Diosdado Cabello, le président de l’Assemblée nationale. Diosdado joue son propre jeu, mais se garde d’entrer en conflit ouvert avec Maduro, surtout maintenant. Pour défendre le chavisme ils doivent étouffer toute divergence. Leur rivalité larvée s’exprimera le moment venu. D’autant plus que l’érosion permanente de l’électorat chaviste se poursuivra.»

See on america-latina.blog.lemonde.fr

Advertisements

Les commentaires sont fermés.