Venezuela : carte d’approvisionnement dans les supermarchés

See on Scoop.itVenezuela

Alors que le pays est en proie à une crise économique, politique et surtout sociale depuis des mois, le gouvernement a mis en place, au début du mois d’avril, dans les supermarchés publics, un tout nouveau système : la carte d’approvisionnement assuré.

 

Elle fonctionne uniquement dans les commerces où les prix sont régulés par l’Etat. L’objectif, c’est de «mettre fin aux spéculations et au commerce clandestin de nourriture», alors que près de 30% des produits de première nécessité manquent dans les rayons. Cette carte permet de limiter le nombre d’achats par personne, grâce aux empreintes digitales apposées par son propriétaire. Les avis des Venezueliens sont partagés sur cette initiatve : si, pour certains, elle va mettre un coup d’arrêt à la pénurie, d’autres parlent d’une carte de rationnement qui ne dit pas son nom… Reportage à Caracas de Julien Gonzalez.

See on www.rfi.fr

Publicités

IATA : le Venezuela doit payer ses 3,9 milliards de dollars

See on Scoop.itVenezuela

L’IATA a de nouveau demandé au Venezuela d’honorer sa promesse de restituer aux compagnies aériennes quelques 3,9 milliards de dollars coincés dans le pays pour cause de dispute sur les taux de change.

 

La situation est inacceptable, a déclaré Tony Tyler, PDG de l’Association Internationale du Transport Aérien, aucun progrès ou presque n’ayant été constaté depuis la promesse du président vénézuélien : d’après le président des compagnies locales, Nicolas Maduro avait poyurtant ordonné de donner à 24 compagnies aériennes les dollars qui leur sont dus, au taux de change officiel effectif au moment de la vente du billet. Rappelons qu’en janvier dernier, le gouvernement avait déclaré que les recettes provenant de la vente de billets en bolivars seraient désormais converties à un nouveau taux presque deux fois plus élevé que l’officiel, alors de 6,3 bolivars pour un dollar. Même si cela rend en théorie le vol plus cher pour le résident vénézuélien, cela reste en réalité toujours une bonne affaire en dollars, compte tenu de la chute du bolivar à moins d’un dixième de sa valeur officielle sur le marché noir florissant et de l’inflation galopante.

 

Le manque de résultat a conduit onze compagnies aériennes à réduire leurs fréquences entre 15% et 78% vers les aéroports du Venezuela, où les taxes avaient bondi de 70% en décembre 2013 « sans la moindre concertation » selon l’IATA. Depuis ce 5 mai, Air France ne propose plus que cinq vols par semaine enAirbus A330-200 entre Paris-CDG et la capitale du Venezuela, à la place de l’habituelle rotation quotidienne en A340-300. Air Canada a même suspendu tous ses vols entre Toronto et Caracas depuis la mi-mars, des vols étant également supprimés par Air Europa, Iberia, Lufthansa, TAP Portugal, Avianca, Copa Airlines, Tale, LAN Airlines ou American Airlines. Nicolas Maduro avait menacé « toute compagnie aérienne cessant de desservir le pays » qu’elle ne pourra pas y revenir tant qu’il sera au pouvoir.

See on www.air-journal.fr

Human Rights Watch accuse le Venezuela de violations « systématiques » des droits de l’homme

See on Scoop.itVenezuela

L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), a diffusé, lundi 5 mai, un rapport accablant pour les autorités du Venezuela. Trois mois après le début des manifestations contre le gouvernement du président Nicolas Maduro, HRW dénonce des abus et des violations « systématiques » des droits de l’homme de la part des forces policières et militaires engagées dans la répression de la contestation.

See on america-latina.blog.lemonde.fr

Banque Mondiale : le Venezuela et l’Uruguay ont le plus haut pouvoir d’achat d’Amérique Latine

See on Scoop.itVenezuela

Parmi les mythes fondamentaux de la désinformation sur le Venezuela, il y a celui de la ¨faillite¨ – avec le rappel constant par les grands médias de la forte inflation actuelle – mais sans prendre en compte l’ensemble de l’économie et surtout comment vivent les vénézuéliens.

 

La baisse continue du chômage. les 26 hausses du salaire minimum et des pensions depuis quinze ans, la croissance positive depuis plusieurs années ou la hausse constante des réserves internationales (+ 132 millions de dollars annoncés le 2 mai par la Banque Centrale du Venezuela) montrent que là comme sur le reste, il vaut mieux conclure au contraire de ce que martèlent ces médias depuis que les vénézuéliens ont dit non au néo-libéralisme en 1998.

 

Le Venezuela et l’Uruguay dépassent le Mexique – deuxième économie de la région qui passe au troisième rang pour le PIB par habitant. Ce n’est pas le gouvernement bolivarien qui l’affirme, c’est la conclusion du rapport du Programme de Comparaison Internationale (PCI), publié le 2 mai 2014. Le PCI (ICP en anglais) est une initiative qui regroupe et mesure 199 pays, hébergée par la Banque Mondiale et à laquelle collaborent des organismes régionaux des Nations Unies et l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économiques.

See on venezuelainfos.wordpress.com