Venezuela : de l’essence à bas coût, mais plus de voitures

See on Scoop.itVenezuela

Faute de devises, l’industrie automobile s’effondre, et les occasions valent plus cher que les voitures neuves.

 

Les Vénézuéliens, qui disposent d’autoroutes gratuites et d’essence presque offerte dans ce pays producteur, peinent à acheter des voitures en raison de la chute vertigineuse de la production locale. Le plus souvent, ils doivent les attendre plus d’un an, assis sur des montagnes de bolivars se dépréciant chaque jour.

Mais la demande dépassant l’offre, les clients doivent se rabattre sur le marché de l’occasion, où les voitures coûtent plus cher que les neuves dont les prix sont contrôlés par le gouvernement.

 

À titre d’exemple, une Mitsubishi Lancer 2014 neuve est vendue 458 000 bolivars (45 800 dollars au taux officiel, mais 6 500 si l’on change au marché noir). Le même véhicule d’occasion de l’année 2012 sera négocié 1,3 million de bolivars (130 000 dollars officiels ou 18 500 au marché noir).

 

Cette voiture d’occasion représente environ quatre ans de revenus pour une famille de la classe moyenne. Et le montant de la transaction peut remplir le coffre entier d’un véhicule dans ce pays où le billet le plus élevé est de 100 bolivars, à peine 1,5 dollar au taux parallèle. Cet effondrement de la production inquiète le secteur, notamment les ouvriers.

See on www.lepoint.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.