Empêchés de rapatrier leurs bénéfices, les transporteurs aériens fuient le Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Un billet d’avion pour Paris ? Rien pour le moment, revenez mi-juin. Et ne tardez pas trop. En juillet, le prix des billets devrait augmenter de 350 %. » Derrière son comptoir ultramoderne, l’employée de l’agence de voyage est souriante. Le client, moins. Quitter le Venezuela tourne à l’exploit. « En plus de l’inflation galopante et des pénuries qui s’aggravent, nous voilà attrapés dans une prison à ciel ouvert »,soupire-t-il. Et de conclure, sarcastique : « Il est beau, le socialisme du XXIesiècle. »

Faute de pouvoir rapatrier leurs bénéfices en dollars, les compagnies aériennes internationales qui opèrent au Venezuela ont en effet réduit la voilure. Le gouvernement leur doit la bagatelle de 4 milliards de dollars, selon l’Association internationale de transport aérien. Il s’agit là des arriérés de devises que leur doit l’organisme chargé d’administrer le système des changes (l’ex-Cadivi devenu, en janvier, le Centre du commerce extérieur ou Cencoex).

See on www.lemonde.fr

Publicités

Nouvelle baisse du chômage en avril

See on Scoop.itVenezuela

Le rapport mensuel de l’Institut National de la Statistique indique que le taux de chômage est descendu à 7,1 %. En avril 1999, première année du gouvernement Chavez, le chômage au Venezuela était de 14,6%. Il a donc été diminué de 50 % en quinze ans de révolution bolivarienne. Au total 4 millions de personnes ont trouvé un emploi. Tandis que le travail dans le secteur informel est passé de 51 % en avril 1999 à 40,7% en avril 2014, dans le même temps, le secteur formel de l’économie a crû de 10,3 – passant de 49% en avril 1999 à 59,3% en avril 2014. Le rapport montre aussi qu’entre avril 2013 et avril 2014, 444 mil 313 personnes ont trouvé un emploi dans l’économie formelle.

See on venezuelainfos.wordpress.com

Le labeur des Capables

See on Scoop.itVenezuela

Ni le froid épais capable de congeler les os ni les menaces répétées de passage à tabac ou de mort reçues pendant un an ne purent entraver leur décision : cette nuit – une fois pour toutes – on occuperait l’hacienda La Carbonera.

 

Nous sommes le 11 avril 2011, à la sourde périphérie de Mérida, à trois heures du matin. En pleine obscurité, Luis Marquina et Julio César Rangel surveillent l’entrée de la centrale laitière qui donne la bienvenue aux visiteurs. A l’intérieur, deux des leurs traient les vaches, scellant ainsi la première grande victoire de la commune “Communes Unies de la Vallée de Macho Capaz” : le contrôle total de tous les moyens de production du grand domaine – de tous, oui. Plus seulement de quelques potagers ou d’espaces de réunion, mais aussi des bêtes.

See on venezuelainfos.wordpress.com

Au Venezuela, plus rien ne va… – Boulevard Voltaire

See on Scoop.itVenezuela

Depuis le 12 février, sous le gouvernement de Nicolás Maduro, le Venezuela est secoué par une terrible crise politique, économique et sociale.

 

Personne n’en parle en France, et pourtant… Depuis le 12 février, sous le gouvernement de Nicolás Maduro, le Venezuela est secoué par une terrible crise politique, économique et sociale. Certes, la crise a commencé bien avant la mort de Chávez, mais elle empire avec Maduro.

See on www.bvoltaire.fr

La frontière entre Venezuela et Colombie, haut lieu de contrebande

See on Scoop.itVenezuela

Une calculatrice à la main, Jose (son nom a été modifié), officiellement modeste coursier, compte à chaque instant ses bénéfices générés par la contrebande d’essence et de produits de première nécessité entre le Venezuela et la Colombie.
« En emportant du déodorant et en faisant le plein de ma moto pour aller à Cucuta (ville colombienne à la frontière avec le Venezuela), je gagne 4.265 bolivares par semaine (61 dollars au marché parallèle). En un mois, 17.060 bolivares (243 USD). Coursier, je gagne parfois 3.000 bolivares par mois (43 dollars) », explique à l’AFP ce Vénézuélien de 30 ans.
See on www.tendanceouest.com

Asphyxié par les pénuries, le Venezuela va verser des milliards à ses importateurs

See on Scoop.itVenezuela

Asphyxié par les pénuries, le gouvernement du Venezuela va verser plus de deux milliards de dollars à des entreprises locales importatrices en échange de leurs bolivars, sur les 14 qu’elles réclament, a annoncé le vice-président responsable de l’Economie, Rafael Ramirez.

« Nous avons pris la décision de nous acquitter de 100% des montants dus à ces entreprises », a assuré vendredi dans une conférence de presse M. Ramirez, également dirigeant de la compagnie pétrolière publique PDVSA, principale source de revenus de l’Etat.

A ce titre, le gouvernement va verser la semaine prochaine 1,188 milliard de dollars à 939 petites et moyennes entreprises des secteurs dits « prioritaires », en échange de leurs bolivars, la monnaienationale, non convertible à l’étranger.

En outre, 900 millions supplémentaires seront alloués à des grandes entreprises de divers secteurs, alors que le pays, qui importe presque tout ce qu’il consomme, souffre de pénuries notamment de denrées alimentaires et de produits d’hygiène.

See on www.leparisien.fr