L’inflation, un mal chronique au Venezuela

Un communiqué laconique publié il y a deux semaines sur le site internet de la Banque centrale (BCV) indiquait que de mai 2013 à mai 2014, les prix avaient augmenté de 60,9%, plaçant ce pays pétrolier en position de « champion du monde » de l’inflation, selon des analystes.

 

N’importe où ailleurs, une information pareille aurait fait l’effet d’une bombe. Pas dans ce riche pays pétrolier, où l’inflation à deux chiffres est considérée comme un mal chronique, structurel et endémique depuis plusieurs décennies, même si le sujet a en partie alimenté les récentes mobilisations d’étudiants et d’opposants contre le président socialiste Nicolas Maduro.

 

« La moyenne depuis 20 ans tourne autour de 30% (par an), c’est un problème inflationniste très caractéristique d’une économie comme la nôtre », qui dépend presque exclusivement des exportations pétrolières et se trouve affectée par la volatilité des prix du brut, explique à l’AFP l’économiste Maxim Ross, fondateur du Centre d’études d’économie vénézuélienne de l’Université Monte Avila.

Source: www.lepoint.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.