L’industrie automobile au Venezuela s’effondre faute de devises

Les lignes d’assemblage au Venezuela tournent au plus bas, produisant à peine un cinquième des véhicules montés l’année dernière. Quatre des sept assembleurs du pays – Toyota, Ford, Chrysler et Iveco – ont dû peu à peu suspendre leur production depuis février, faute de pouvoir importer des pièces détachées. En raison du strict contrôle des changes instauré depuis 2003 au Venezuela, tout acteur économique souhaitant disposer de devises pour importer biens et produits doit en faire la demande aux autorités, qui les délivrent au compte-goutte. Le secteur automobile n’aurait perçu en 2014 que 1 % des devises accordées aux importateurs.

Source: www.ccfa.fr

Advertisements

Les commentaires sont fermés.