Quand une fabrique de rhum vénézuélienne réinsère des délinquants grâce au rugby

Revenga, une ville de 50 000 habitants est l’un des endroits les plus dangereux du Venezuela, le deuxième pays avec le plus fort taux de criminalité au monde. C’est dans cette ville que se situe la grande fabrique de Rhum Santa Teresa, attaquée par des membres du gang la Placita il y a onze ans. Plutôt que d’exécuter ou d’envoyer en prison les deux malfaiteurs dont le chef du gang, qui furent retrouvés par la police, le patron Alberto Vollmer leur proposa de suivre un programme de réinsertion en travaillant dans son entreprise. 

Celui qui a pratiqué le rugby en France durant ses études a donc décidé de faire travailler les jeunes coupables pendant trois mois dans la fabrique en échange du gite et du couvert. Ce à quoi il ne s’attendait pas, c’est que le chef du gang lui demande si quatre ou cinq membres du gang pouvaient eux aussi venir travailler dans l’entreprise. Alberto Vollmer accepta, et pas moins de 22 jeunes se présentèrent à la fabrique le lendemain. Honorant sa promesse, le chef d’entreprise leur trouva du travail, et trouva un moyen de gérer cette situation délicate : leur apprendre les valeurs du rugby. 

C’est ainsi que ces anciens tueurs à gages et dealers de drogue se retrouvèrent trois mois durant à la montagne, à travailler tout en s’entraînant au rugby. Alberto Vollmer réussit même l’exploit de recruter les trente-six membres d’El Cementerio, la bande rivale de Placita, qui voulaient d’abord profiter de la situation pour tuer leurs ennemis. Après une longue discussion et quelques difficultés préalables, les deux bandes finirent par se réconcilier et se mirent à jouer au rugby ensemble. Elles ont ouvert la voie à six autres gangs qui vinrent se joindre au projet. 

Source: www.lerugbynistere.fr

See on Scoop.itVenezuela

Advertisements

Les commentaires sont fermés.