Les médias sous la botte au Venezuela

La campagne permanente de haine contre le Vénézuéla bolivarien fait qu’aujourd’hui, face à la guerre idéologique des maîtres des médias, Goebbels ferait figure d’amateur. Le paysage médiatique vénézuélien est composé de dizaines de télés et de radios privées, qui dénigrent, voire salissent, quotidiennement un gouvernement, au demeurant fort tolérant à leur égard. Sur 115 journaux ou périodiques, 90% sont aux mains du secteur privé. En 1998, lorsque Chavez est élu pour la première fois, il y avait au Venezuela 331 radios privées qui couvraient le territoire; elles sont aujourd’hui 466. La majorité d’entre elles farouchement hostiles au régime. Toujours en 1998, le Venezuela comptait 32 chaînes de télévision privées, aujourd’hui 61, dont certaines ont appelé et soutenu le coup d’Etat contre Chavez, ce qui relève de la faute lourde. Venevision et Televen pilonnent quotidiennement le chavisme.

Un « scoop » pour terminer la cure de désintoxication : le sénat américain étudie un projet de loi pour augmenter l’aide financière des States aux médias et aux groupes vénézuéliens partisans de revenir au « bon vieux temps » de l’inféodation à l’impérialisme et du pillage des hydrocarbures. La manne de Washington passerait de 5 à 15 millions de dollars. Tout est dit. 

Source: www.humanite.fr

See on Scoop.itVenezuela

Publicités

Les commentaires sont fermés.