Le Venezuela fait la grève des statistiques économiques

Depuis le printemps, Caracas ne publie plus de données officielles relatives à la hausse des prix ou à la croissance.

 

Ce silence traduit, pour l’opposition, la volonté de dissimuler une détérioration marquée par des pénuries croissantes.

 

Les prix montent régulièrement au Venezuela. La valse des étiquettes est quotidienne, alors que les biens de base se font rares dans les rayons des supermarchés. Mais mesurer l’ampleur du problème est difficile : depuis plusieurs mois, les autorités font la grève des statistiques.

Source: www.la-croix.com

See on Scoop.itVenezuela

L’Algérie pourrait exporter son pétrole au Vénézuela

Le Vénézuela envisage d’importer du pétrole léger algérien et le mélanger à son propre pétrole afin de relancer les ventes de son pétrole lourd, révèle un document confidentiel de l’entreprise nationale de pétrole vénézuélienne, PDVSA, dont Reuters s’est procuré une copie mercredi.

Mais pour l’heure, du côté des autorités politiques vénézuéliennes, on ne pipe pas mot sur cette transaction. Au début de l’année, le ministre de l’Energie du pays, Rafael, Ramirez, avait ainsi déclaré que la PDVSA pourrait “en dernier ressort” avoir  recours à l’importation de pétrole brut dans le but de trouver des diluants pour ses quantités de pétrole lourd.

 

Source: www.algerie-focus.com

See on Scoop.itVenezuela

Le Venezuela va contrôler les empreintes digitales dans les supermarchés

Pour lutter contre les pénuries de produits de base qui frappent le pays, Caracas veut limiter les quantités achetées par chaque Vénézuélien.

 

L’opposition, qui estime que cette mesure marque en fait la mise en place d’un rationnement, appelle à une mobilisation aujourd’hui.

 

Quel est l’objectif du gouvernement de Nicolas Maduro ?

 

« L’ordre a été donné pour la mise en place d’un système biométrique dans tous les établissements et réseaux de chaînes de distribution du pays », a annoncé le week-end dernier Nicolas Maduro, assurant que ce programme était une « bénédiction anti-fraude ».

Pour le président vénézuélien, héritier d’Hugo Chavez, décédé en mars 2013, la pénurie des biens de base, récurrente dans les supermarchés du pays, serait due non pas à la politique économique de son équipe, mais aux trafiquants qui opèrent à la frontière colombienne.

Source: www.la-croix.com

See on Scoop.itVenezuela

« El Curarire », sous la bannière de l’organisation

La place du village grouille de monde. On a l’impression d’avoir affaire à une exposition de motos en tout genre, tant elles stationnent en nombre, les unes à côté des autres. Juché sur le mur du monument qui se situe en son centre, Danis – un porte-parole du parlement communal – explique à la centaine de pêcheurs présents le but de l’assemblée : élaborer un document collectif qui sera adressé àInsopesca, l’Institut de la Pêche dont le siège se situe dans la capitale de l’Etat de Zulia..

Source: venezuelainfos.wordpress.com

See on Scoop.itVenezuela

Depuis l’Orénoque, pour que le peuple gouverne

Sur la rive droite de l’Orénoque, à quelques kilomètres de l’endroit choisi par Simon Bolivar pour célébrer le Congrès d’Angostura en 1819, sept cents familles qui se consacrent à l’agriculture, à l’élevage et à la pêche artisanale s’organisent au sein de la Commune socialiste Panapana. Avec ses presque 160 000 hectares de superficie, la Commune coïncide dans toute son extension avec le secteur du même nom, et fait partie de la municipalité d’Heres, dans l’état de Bolivar. Un endroit à l’extraordinaire potentiel et engagement révolutionnaire.

Source: venezuelainfos.wordpress.com

See on Scoop.itVenezuela

Venezuela, l’essence la moins chère du monde

Au Venezuela, personne ne pense vraiment au prix de l’essence. Vendue au prix de 0,05$ le gallon (3,7 litres), elle est moins chère que la plupart des produits du quotidien. Et il existe même un marché noir où elle se vend à seulement 0,01$ le gallon, un prix inconcevable même pour les riches monarchies du Golfe qui disposent de grandes ressources.

Mais ces prix très bas posent problème au gouvernement vénézuélien et à ceux qui lui ont précédé. Car selon la banque Barclays, ils coûtent 27 milliards de dollars tous les ans au pays, soit 12,5% de son PIB. Une somme colossale dont il aurait bien besoin pour réduire son déficit qui ne cesse de se creuser. Pour le moment, c’est la banque centrale qui le sauve de la banqueroute en imprimant des billets. Mais cela n’est pas sans conséquence et l’inflation à atteint 61% en mai dernier, un taux encore plus élevé que celui de l’Argentine pourtant en pleine tourmente avec les fonds rapaces qui menacent son économie.Mais si les gouvernements successifs ont rechigné à entreprendre des réformes dans le domaine,c’est essentiellement pour éviter la colère populaire. En 1989, une première tentative pour augmenter le prix de l’essence s’était conclue en émeutes causant la mort de centaines de personnes. Le président actuel Nicolas Maduro s’était prononcé en faveur d’une augmentation, avant de faire marche arrière et de proposer un débat national sur le sujet.

Source: www.jolpress.com

See on Scoop.itVenezuela

Derrière la pénurie au Venezuela, la débâcle des entreprises publiques

L’impossibilité, pour les Vénézuéliens, de trouver nombre de produits de première nécessité cache une autre réalité : la situation désastreuse de nombreuses entreprises publiques, paralysées par une faible productivité et leur manque de finances.

 

Principal groupe public du Venezuela, la compagnie pétrolière PDVSA en est le parfait exemple avec une productivité par employé divisée par trois en 15 ans de « chavisme ».

 

En 1999, date de l’accession au pouvoir du défunt président Hugo Chavez, elle comptait près de 51.000 employés, avec une production de 63 barils par salarié et par jour. Aujourd’hui, elle emploie 140.000 personnes… mais chacune d’entre elles ne produit plus que 20 barils par jour.

Et même si elle s’appuie sur les plus importantes réserves de pétrole au monde, elle accumulait en 2013 une dette de 16 milliards d’euros envers ses fournisseurs.

 

Quant à l’aciérie Sidor, la plus grande d’Amérique latine, six ans après avoir été expropriée au groupe argentin Techint sur ordre de Hugo Chavez (décédé en 2013), sa production ne représente plus qu’un tiers de ce qu’elle était alors, selon José Luis Hernandez, président du Syndicat des travailleurs de l’industrie sidérurgique (Sutiss).

Source: www.lavoixdunord.fr

See on Scoop.itVenezuela

Le Venezuela réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui

Le ministre des Affaires étrangères de la République bolivarienne du Venezuela, Elias Jaua a réitéré vendredi, l’engagement de son pays à la cause sahraouie et « son soutien inconditionnel à la lutte du peuple sahraoui pour la liberté et l’indépendance », à l’issue d’une réunion avec le  ministre sahraoui pour l’Amérique latine, Haj Ahmed Baricalla, a-t-on indiqué de source diplomatique sahraouie au Venezuela .

Source: www.spsrasd.info

See on Scoop.itVenezuela