Venezuela, l’essence la moins chère du monde

Au Venezuela, personne ne pense vraiment au prix de l’essence. Vendue au prix de 0,05$ le gallon (3,7 litres), elle est moins chère que la plupart des produits du quotidien. Et il existe même un marché noir où elle se vend à seulement 0,01$ le gallon, un prix inconcevable même pour les riches monarchies du Golfe qui disposent de grandes ressources.

Mais ces prix très bas posent problème au gouvernement vénézuélien et à ceux qui lui ont précédé. Car selon la banque Barclays, ils coûtent 27 milliards de dollars tous les ans au pays, soit 12,5% de son PIB. Une somme colossale dont il aurait bien besoin pour réduire son déficit qui ne cesse de se creuser. Pour le moment, c’est la banque centrale qui le sauve de la banqueroute en imprimant des billets. Mais cela n’est pas sans conséquence et l’inflation à atteint 61% en mai dernier, un taux encore plus élevé que celui de l’Argentine pourtant en pleine tourmente avec les fonds rapaces qui menacent son économie.Mais si les gouvernements successifs ont rechigné à entreprendre des réformes dans le domaine,c’est essentiellement pour éviter la colère populaire. En 1989, une première tentative pour augmenter le prix de l’essence s’était conclue en émeutes causant la mort de centaines de personnes. Le président actuel Nicolas Maduro s’était prononcé en faveur d’une augmentation, avant de faire marche arrière et de proposer un débat national sur le sujet.

Source: www.jolpress.com

See on Scoop.itVenezuela

Publicités

Derrière la pénurie au Venezuela, la débâcle des entreprises publiques

L’impossibilité, pour les Vénézuéliens, de trouver nombre de produits de première nécessité cache une autre réalité : la situation désastreuse de nombreuses entreprises publiques, paralysées par une faible productivité et leur manque de finances.

 

Principal groupe public du Venezuela, la compagnie pétrolière PDVSA en est le parfait exemple avec une productivité par employé divisée par trois en 15 ans de « chavisme ».

 

En 1999, date de l’accession au pouvoir du défunt président Hugo Chavez, elle comptait près de 51.000 employés, avec une production de 63 barils par salarié et par jour. Aujourd’hui, elle emploie 140.000 personnes… mais chacune d’entre elles ne produit plus que 20 barils par jour.

Et même si elle s’appuie sur les plus importantes réserves de pétrole au monde, elle accumulait en 2013 une dette de 16 milliards d’euros envers ses fournisseurs.

 

Quant à l’aciérie Sidor, la plus grande d’Amérique latine, six ans après avoir été expropriée au groupe argentin Techint sur ordre de Hugo Chavez (décédé en 2013), sa production ne représente plus qu’un tiers de ce qu’elle était alors, selon José Luis Hernandez, président du Syndicat des travailleurs de l’industrie sidérurgique (Sutiss).

Source: www.lavoixdunord.fr

See on Scoop.itVenezuela

Le Venezuela réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui

Le ministre des Affaires étrangères de la République bolivarienne du Venezuela, Elias Jaua a réitéré vendredi, l’engagement de son pays à la cause sahraouie et « son soutien inconditionnel à la lutte du peuple sahraoui pour la liberté et l’indépendance », à l’issue d’une réunion avec le  ministre sahraoui pour l’Amérique latine, Haj Ahmed Baricalla, a-t-on indiqué de source diplomatique sahraouie au Venezuela .

Source: www.spsrasd.info

See on Scoop.itVenezuela

Alitalia repart au Venezuela

La compagnie aérienne Alitalia reprendra début septembre sa liaison entre Rome et Caracas, suspendue depuis juin en raison de la dispute sur lestaux de changes entre le Venezuela et les transporteurs étrangers forcés de vendre leurs billets dans la monnaie locale, le bolivar.

 

Le guide horaire de la compagnie nationale italienne indique ce 19 août 2014 qu’à partir du 4 septembre, deux rotations hebdomadaires directes sont mises en place entre l’aéroport de Rome-Fiumicino et Caracas-Simon Bolivar, opérées en Airbus A330-200 pouvant accueillir 20 passagers en classe Affaires, 13 en premium et 222 en Economie.

Source: www.air-journal.fr

See on Scoop.itVenezuela

Le gouvernement du Venezuela démissionne

Le gouvernement du Venezuela a démissionné bénévolement pour que le président Nicolas Maduro puisse procéder à des remaniements.

 

Le vice-président de la république Jorge Arreaza a qualifié la démission collective des ministres « d’acte de révolutionnaires authentiques ». Il a indiqué que cette décision avait été concertée avec le président Maduro « afin de réaliser le plan d’accroissement de l’efficacité des organes d’Etat et de lutter contre la corruption à des niveaux gouvernementaux différents».

Source: french.ruvr.ru

See on Scoop.itVenezuela

Venezuela: les hôpitaux en manque de matériel et de médicaments | Amérique latine

Les hôpitaux et cliniques privées du Venezuela ont demandé mardi au président Nicolas Maduro de déclarer l’état d’«urgence humanitaire» face au manque de fournitures et de médicaments qui affecte au moins 20 spécialités médicales.

Source: www.lapresse.ca

See on Scoop.itVenezuela