La vitalité de la révolution

Les Conseils communaux sont des espaces communs de construction politique. Ils ne sont en aucune manière -pour le dire avec Foucault- des sujets de droit. Ils ne sont même pas un sujet en tant que tel. Ils sont, répétons-le, un espace dont le commun dénominateur est le chavisme – ce vigoureux sujet de sujets qui partage non seulement une origine prédominante de classe mais aussi l’expérience commune de la politisation.

 

Quelle est l’essence du chavisme ? Ce sont des hommes et des femmes issus des classes populaires, qui ont souffert, ont éprouvé de la répulsion pour la démocratie représentative et se sont rebellés contre elle. Si la souffrance, le rejet, l’indifférence supposent une attitude passive et une décision plus ou moins ouverte de rester en marge de la politique, la rébellion est un acte politique de premier ordre. D’ailleurs, avant de s’identifier comme tel, le chavisme entre en politique comme un fait de rébellion. Il est inconcevable sans cette mémoire collective, sans cette notion commune de la rébellion. C’est à travers elle que fraternisent et se politisent ces hommes et ces femmes, c’est par elle qu’ils reçoivent leur baptême du feu.

 

Ignorer les conditions historiques ayant présidé à l’émergence du chavisme -en sa qualité de sujet politique et promoteur d’une éthique spécifique- conduirait à méconnaître la nature des espaces où il s’épanouit. En d’autres termes, si on ne comprend pas la forme particulière de politisation du chavisme et la culture politique qu’il a construit au fil des ans, on ne saurait prendre la véritable mesure des potentialités propres au Conseil communal.

Source: venezuelainfos.wordpress.com

See on Scoop.itVenezuela

Publicités

Les commentaires sont fermés.