Au Venezuela, la révolution dévore ses enfants

Les Cubains qui conseillent le régime ont convaincu Maduro de désarmer les collectifs bolivariens. Maduro déclarait encore cette année, au mois de mars, que « ces collectifs font partie de la diversité sociale du chavisme et réalisent un travail de paix, culture et production » (sic). Selon d’anciens policiers et militaires, il s’agit plutôt de délinquance organisée (enlèvements, extorsions, etc.).
 
Pourquoi, alors, le régime n’aurait-il plus besoin de ces collectifs ? Parce qu’il n’a plus rien à craindre des forces armées qui ont été purgées des militaires antichavistes. Les chefs de l’armée vénézuélienne ne tenteront pas de coup d’État parce qu’ils sont partisans de ce gouvernement, et une majorité d’entre eux sont impliqués dans le narcotrafic avec les FARC colombiennes.

Source: www.bvoltaire.fr

See on Scoop.itVenezuela

Advertisements

Les commentaires sont fermés.