Venezuela : l’opposition appelle à la grève contre les réformes de Maduro

Le plan de Nicolas Maduro pour endiguer la grave crise socio-économique au Venezuela ne convainc pas ses opposants, qui appellent à cesser le travail en signe de protestation.Trois des principaux partis d’opposition du Venezuela ont appelé samedi à une grève à compter de mardi contre les réformes économiques annoncées par le président Nicolas Maduro.

Les partis Primero Justicia de l’ancien candidat à la présidentielle Henrique Caprilez, Voluntad Popular de l’opposant actuellement assigné à résidence Leopoldo Lopez et Causa R de l’ancien dirigeant syndical Andres Velasquez appellent « à partir de mardi (…) à une première journée de protestation et d’arrêt de travail contre Maduro, l’hyperinflation et la faim ». Davantage de détails sur les modalités du mouvement seront donnés dimanche, ont-ils indiqué.

Source : Venezuela : l’opposition appelle à la grève contre les réformes de Maduro

Publicités

Le Venezuela demande au Brésil de protéger ses citoyens après les agressions anti-réfugiés

Le gouvernement du Venezuela a demandé à son homologue brésilien de protéger ses ressortissants après des heurts ayant détruit les refuges d’immigrants vénézuéliens samedi, dans une ville du nord du Brésil.À la suite des événements, déclenchés par l’agression présumée d’un commerçant brésilien à Pacaraima (nord), le ministère des Affaires étrangères a contacté le ministre des Relations extérieures du Brésil, selon un communiqué du gouvernement de Caracas. Lors de cet échange, le ministère vénézuélien a demandé aux autorités brésiliennes des « garanties concernant les citoyens vénézuéliens et de prendre toutes les mesures pour la protection et la sécurité des familles et de leurs biens ». Le ministère a manifesté sa « préoccupation au sujet des informations confirmant des attaques contre des immigrés vénézuéliens, ainsi que des expulsions massives », des faits qui « violent le droit international ».

Source : Le Venezuela demande au Brésil de protéger ses citoyens après les agressions anti-réfugiés – RTL Info

Au Brésil, des camps de migrants vénézuéliens attaqués par des voisins en colère

Des camps de Vénézuéliens qui ont fui la crise politique et économique dans leur pays ont été attaqués, incendiés et en partie détruits samedi 18 août par des voisins en colère à Pacaraima, une ville du nord du Brésil. Trois Brésiliens ont été blessés au cours des affrontements, a indiqué la police militaire. Cette attaque est la dernière en date dans l’Etat brésilien de Roraima (nord), frontalier du Venezuela en crise, où les tensions montent entre les habitants locaux et les migrants vénézuéliens.

Source : Au Brésil, des camps de migrants vénézuéliens attaqués par des voisins en colère

Épidémies : Venezuela, un cas d’école

Baisse de vaccination Le même phénomène se produit actuellement au Venezuela, dont l’état économique et politique a comme conséquence une baisse très importante de l’accès aux ressources vitales essentielles, dont la vaccination. Les populations nomades qui nécessitent des prises en charge particulières sont moins vaccinées et, pour pouvoir obtenir de quoi survivre, ils immigrent massivement dans les pays voisins du Venezuela.

Dans ces conditions, deux épidémies se déroulent actuellement au Venezuela et dans les pays alentour ! Une diphtérie et une épidémie de rougeole, liée à un variant banal (susceptible d’être parfaitement couvert par la vaccination) dans une population non vaccinée, dont les Amérindiens nomades qui échappent maintenant totalement à toute politique de santé publique. La première cause d’épidémie réside dans les troubles sociaux qui déséquilibrent l’écosystème local, qui entraînent des migrations, et qui sont à l’origine des pandémies les plus meurtrières auxquelles nous ayons eu à faire face.

Source : Raoult – Épidémies : Venezuela, un cas d’école – Le Point

Venezuela: la dernière tentative de Nicolas Maduro pour sauver le pays

Nicolas Maduro ne lâche rien. Dans un contexte politique, économique et international difficile, le président socialiste a annoncé de nouvelles mesures pour tenter de sauver le Venezuela. Parmi celles-ci, la mise en place d’un taux de change unique qui sera rattaché au « petro », la cryptomonnaie mise en place cette année par le gouvernement de Maduro; ainsi qu’une nouvelle hausse du salaire minimum mensuel, de plus de 3 000 % cette fois-ci. Le petro est basé sur les réserves du Venezuela en hydrocarbures et a été inauguré par le gouvernement dans une tentative de combattre le « blocus financier » imposé au pays, par les États-Unis, selon les accusations de Nicolas Maduro.

Source : Venezuela: la dernière tentative de Nicolas Maduro pour sauver le pays – International | L’Opinion

Venezuela : Maduro annonce la multiplication par 34 du salaire minimum

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé vendredi la multiplication par 34 du salaire minimum, sans préciser la date d’entrée en vigueur de cette hausse qui s’inscrit dans son programme de relance économique.

Le chef de l’État socialiste a précisé que le salaire serait « indexé » à la valeur du petro, la cryptomonnaie vénézuélienne avec laquelle le gouvernement entend contourner le manque de liquidités et les sanctions financières de États-Unis. Chaque petro, selon le président, équivaut à environ 60 dollars, sur la base du prix du baril de pétrole vénézuélien. « J’ai fixé le salaire minimum, les pensions de retraite et la base des salaires sur la base du petro moyen, 1.800 bolivars (la nouvelle monnaie, le « bolivar souverain », qui entre en vigueur lundi avec cinq zéros en moins que l’actuelle) », a déclaré Nicolas Maduro dans une allocution radio-télévisée.

Au cours de l’actuel bolivar, le revenu minimum passera de 5,2 millions (moins d’un dollar au taux du marché noir, qui domine l’économie) à 180 millions (environ 28 dollars). Cet ajustement de 3.464% est le cinquième de l’année. Le revenu minimum, qui ne suffit pas à acheter un kilo de viande, s’est effondré en raison d’une hyperinflation galopante qui pourrait atteindre 1.000.000% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Source : Venezuela : Maduro annonce la multiplication par 34 du salaire minimum