Venezuela : Loup y es-tu ?

L’insistance obstinée du président étasunien Donald Trump à l’Assemblée Générale de l’ ONU sur la fait que « toutes les options sont sur la table » pour résoudre la crise au Venezuela a semé l’alarme dans les cercles politiques de Washington et dans toute l’Amérique Latine sur une éventuelle action militaire étasunienne ou, plus probablement, par l’intermédiaire des troupes colombiennes et brésiliennes.

Le signal d’alarme a tinté après que le sénateur Iván Cepeda Castro ait prévenu de l’augmentation de la tension militaire entre la Colombie et le Venezuela : « Le danger de guerre avec le Venezuela augmente : budget pour des armes anti-aériennes, casernement de premier degré des Forces Militaires, déclarations arrogantes de fonctionnaires des Etats-Unis pour « défendre la Colombie » docilement respectées par notre Gouvernement. Nous devons nous mobiliser contre les fous de guerre.

Pendant ce temps, des troupes brésiliennes très bien équipées sont stationnées à Roraima, l’état frontalier avec le Venezuela en attente de l’ordre d’attaque. Les élections présidentielles et l’implication militaire dans celles-ci retardent toute décision à ce sujet, signale l’analyste Joaquim Fernandes. Les bases étasuniennes dispersées en Colombie, en Amérique Centrale et dans les Caraïbes sont en état d’alerte.

Source : Venezuela : Loup y es-tu ? – CCN – Caraib Creole News / L’actualité de Guadeloupe, Martinique et de la Caraïbe

Publicités

Migrants du Venezuela vers la Colombie : « ni xénophobie, ni fermeture des frontières », assure le nouveau président colombien

La Colombie ne cédera pas à la tentation d’une fermeture de ses 2400 kilomètres de frontière avec le Venezuela malgré l’arrivée massive de migrants qui fuient la situation économique désastreuse de leur pays. C’est ce qu’a déclaré hier (lundi 8 octobre 2018), Yvan Duque, le nouveau président colombien élu en juin dernier et entré en fonction hier.

Source : Migrants du Venezuela vers la Colombie : « ni xénophobie, ni fermeture des frontières », assure le nouveau président colombien – Martinique la 1ère

Crise migratoire: le Venezuela crée une police des frontières

Le Venezuela a créé une force de police spéciale pour renforcer en particulier les contrôles à la frontière avec la Colombie, à travers laquelle des milliers de personnes sont passées ces dernières années pour fuir la crise économique et politique, a annoncé aujourd’hui le gouvernement.

« La police migratoire prend ses fonctions immédiatement », a déclaré la vice-présidente Delcy Rodríguez sur la télévision gouvernementale. Elle a précisé que ce nouveau corps de police prendrait en charge 72 points de contrôle dans les ports, aéroports, et régions frontalières. Cette nouvelle force renforcera « les contrôles déjà existants (…) pour affronter la réalité de la situation à la frontière », a-t-elle ajouté, en référence à la frontière longue de 2200 km avec la Colombie.

Source : Crise migratoire: le Venezuela crée une police des frontières

Guerre au Venezuela : la surprise d’octobre ?

Avec une opposition politique inexistante au Venezuela et craignant qu’une action militaire puisse se transformer en impasse, les Etats-Unis envisagent deux choses : la première est de rompre l’unité des forces armées qui garantissent la gouvernabilité du pays. La seconde est que les USA n’interviendront pas directement mais utiliseront la Colombie pour développer la violence.

Les États-Unis ne veulent pas qu’un conflit avec le Venezuela soit considéré comme une guerre impérialiste génératrice d’un rejet mondial. Ils préfèrent en faire un conflit entre voisins, lui donner une dimension locale et installer un blocus médiatique et militaire pendant la durée des opérations militaires.

Source : Guerre au Venezuela : la surprise d’octobre ? — José Negrón Valera

Colombie: L’ELN dénonce la mise à l’écart du Venezuela

La guérilla de l’ELN a dénoncé vendredi la décision «unilatérale» du président conservateur colombien Ivan Duque d’écarter le Venezuela comme garant des pourparlers de paix délocalisés à Cuba. Il l’a accusé de réduire «en miettes la paix» en Colombie.

Source : Colombie: L’ELN dénonce la mise à l’écart du Venezuela – Monde – lematin.ch

[Audio] Colombie, tension et exil à la frontière avec le Venezuela

Durant des décennies, la Colombie a été un pays d’émigration en raison de la guerre qui l’a déchirée. Aujourd’hui, elle fait face au mouvement inverse et reçoit la plus grande immigration de son histoire. Plus d’un million de personnes sont déjà entrées en Colombie depuis le Venezuela. Ces hommes, femmes, enfants fuient la crise économique et politique du pays voisin.

Dans ce reportage, nous partons dans la région nord de Santander, au nord de la Colombie. Tout près de ce pont international Simón-Bolivar que des dizaines de milliers de Vénézuéliens empruntent chaque jour. C’est la porte d’entrée de leur exil. Une zone de forte tension où se concentrent les carences économiques, sociales et de sécurité de la région frontière. « Colombie, tension et exil à la frontière avec le Venezuela ». Un grand reportage sur la zone frontière de Cúcuta, de Lucile Gimberg.

Source : Colombie, tension et exil à la frontière avec le Venezuela – RFI