Crise migratoire au Venezuela : Maduro dit qu’il demandera 500 millions de dollars à l’ONU

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a dit qu’il demanderait 500 millions de dollars au nouveau représentant spécial de l’ONU pour les réfugiés et les migrants du Venezuela, Eduardo Stein, afin de rapatrier ceux qui veulent rentrer.

« Je vous invite, venez au Venezuela, je vais vous demander de m’obtenir 500 millions de dollars, pour faire rentrer (…) tous les migrants qui ont quitté le Venezuela et qui veulent rentrer, tous veulent rentrer », a lancé jeudi le président vénézuélien, au cours d’une réunion avec son cabinet économique, retransmise à la télévision.

Source : Crise migratoire au Venezuela : Maduro dit qu’il demandera 500 millions de dollars à l’ONU – Challenges.fr

Publicités

Crise au Venezuela : les appartements fantômes de Caracas, quand la vie se fige

Selon l’Institut national des statistiques, 9 % des logements étaient inoccupés en 2011, mais ce chiffre a augmenté en raison de l’exode, indique Carlos Gonzalez, président de la Chambre immobilière du Venezuela. De plus, selon Carolina Quintero, « en raison de l’hyperinflation, louer en bolivars n’est pas rentable », et peu de gens ont accès au dollar qui, depuis 2003, n’est disponible qu’au marché noir. La crainte que les résidences soient squattées pèse également lourd. Dans les condominiums, il est demandé aux voisins de ne pas répondre aux questions sur les immeubles inoccupés.

Source : Crise au Venezuela : les appartements fantômes de Caracas, quand la vie se fige

Les doubles victimes de la crise au Venezuela

Au matin du 18 août 2018, Ana* a entendu des feux d’artifice et l’écho d’un portugais inintelligible provenant d’un haut-parleur. « Est-ce qu’ils vont organiser une fête ? » s’est-elle demandé. Elle se trouvait à côté de la bâche sous laquelle, elle et son mari Luis* et leur fille de 11 ans, Lucia*, dormaient à Pacaraima, une ville brésilienne d’environ 12.000 personnes à la frontière vénézuélienne.

Même en vivant dans la rue au Brésil, pays où ils ont demandé l’asile, Ana et Luis nous ont déclaré qu’ils y étaient mieux lotis que dans leur ville natale de Cumaná, une ville côtière du Venezuela, située à 1.200 kilomètres de là. À Cumaná, ils avaient si peu de nourriture qu’à plusieurs reprises, Lucia s’était évanouie à l’école, torturée par la faim. Ils ont donc vendu toutes leurs possessions discrètement et ont quitté leur emploi dans une entreprise publique. Ils racontent avoir vu comment des agents du gouvernement inscrivaient des personnes sur une liste noire parce qu’ils s’opposaient au président Nicolás Maduro. Ils craignent de faire l’objet de persécutions pour avoir quitté leur emploi s’ils retournaient un jour au Venezuela, mais ils estiment ne pas avoir eu d’autre choix.

Source : Les doubles victimes de la crise au Venezuela | Human Rights Watch

Venezuela : 500 km en fauteuil pour échapper à la mort 

Les pneus de son fauteuil roulant sont en piteux état. Mais José Agustin Lopez espère qu’ils vont résister encore 500 km, jusqu’à Bogota où il devrait obtenir les soins et les médicaments devenus introuvables dans son pays, le Venezuela.

Son fils Jefferson Alexis le pousse dans les rudes côtes des montagnes colombiennes, puis retient le fauteuil dans les descentes tout aussi abruptes. Le froid mordant et la chaleur exténuante, qui alternent selon la topographie et l’altitude, rendent le voyage encore plus dur. « J’ai dû me résoudre à aller en Colombie chercher les médicaments dont j’ai besoin et quelque nourriture à rapporter à la maison », a expliqué à l’AFP cet homme de 52 ans.

Source : Venezuela : 500 km en fauteuil pour échapper à la mort – Monde (11124)

Venezuela: un ancien vice-président du Guatemala pour gérer la crise migratoire

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont annoncé mercredi avoir nommé l’ex vice-président du Guatemala Eduardo Stein comme «Représentant spécial» pour les réfugiés et migrants vénézuéliens qui fuient la crise économique dans leur pays.

M. Stein (vice-président du Guatemala entre 2004 et 2008) «s’emploiera à promouvoir le dialogue et le consensus nécessaires à la réponse humanitaire, y compris l’accès au territoire, la protection des réfugiés, les dispositions légales en matière de séjour et l’identification de solutions pour les réfugiés et migrants vénézuéliens», ont indiqué le HCR et l’OIM dans un communiqué.

Source : Venezuela: un ancien vice-président du Guatemala pour gérer la crise migratoire | Amérique latine

L’OEA recommande la démocratie pour enrayer la vague migratoire du Venezuela

Le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, a estimé jeudi que la migration massive des Vénézuéliens fuyant la crise dans leur pays pouvait se résoudre par un gouvernement démocratique. “La crise migratoire vénézuélienne se résout par la démocratie dans le pays”, a déclaré M. Almagro lors d’une visite à Carthagène des Indes, en Colombie, où il s’est entretenu avec le président Ivan Duque.

“C’est une nécessité très claire, sinon le régime va continuer à nous mentir, va continuer à nous dire qu’il n’y a pas de crise, pas de pénuries, que le problème n’a pas de dimensions humanitaires”, a-t-il ajouté.

Il s’est entretenu avec M. Duque dans le cadre d’une visite de trois jours en Colombie, où il dirige une mission technique de l’OEA pour étudier ce qu’il a qualifié de “crise migratoire la plus importante” de la région.

Source : L’OEA recommande la démocratie pour enrayer la vague migratoire du Venezuela | BX1