Venezuela: la production pétrolière en chute libre

La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en juin, avec 1,5 million de barils par jour (mbj), soit son plus bas niveau en 30 ans, a annoncé mercredi l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Seule une grève du secteur entre décembre 2002 et février 2003 avait fait passer la production à des niveaux inférieurs, précise l’Opep.

Ces chiffres sont publiés alors que le gouvernement socialiste vénézuélien du président Nicolas Maduro a ordonné à PDVSA d’augmenter sa production de brut.

Source : Venezuela: la production pétrolière en chute libre

Publicités

Contre l’Iran et le Venezuela, Trump obtient de Riyad une augmentation de la production de pétrole

Le président américain Donald Trump déploie toute son énergie à exercer la plus forte pression possible sur l’Iran et le Venezuela, cibles privilégiées de ses attaques verbales et économiques. Multipliant les sanctions pour faire plier ces deux pays, le locataire de la Maison Blanche a fait savoir le 30 juin que le roi Salmane d’Arabie saoudite avait accepté sa demande d’augmenter la production de pétrole.

Dans un tweet, il a écrit : «Je viens de parler avec le roi Salmane d’Arabie saoudite et lui ai expliqué que, en raison des tensions et dysfonctionnements en Iran et au Venezuela, je demande que l’Arabie saoudite augmente la production de pétrole, peut-être de 2 millions de barils, pour combler la différence. Les prix sont trop hauts ! Il est d’accord.»

Source : Contre l’Iran et le Venezuela, Trump obtient de Riyad une augmentation de la production de pétrole — RT en français

Venezuela : la chute de l’industrie pétrolière

Les voix de la gauche s’acharnent à chercher des coupables partout, sauf là où il faut, pour justifier l’échec économique du régime chaviste du Venezuela. Début août dernier, le professeur de l’Université de Stanford, Terry Lynn Karl, s’est joint à ceux qui allèguent que le problème est dû à la chute des prix du pétrole.

Source : Venezuela Infos: la chute de l’industrie pétrolière | Le Club de Mediapart

Pétrole: l’AIE met en garde sur le déclin de la production en Iran et au Venezuela

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a mis en garde mercredi sur le déclin prévisible des productions pétrolières de l’Iran et du Venezuela.

L’agence estime que les productions de ces deux pays pourrait être inférieure de 1,5 million de barils par jour (mbj) à ce qu’elle est aujourd’hui d’ici la fin de l’année prochaine. Il s’agit d’un scénario et non d’une prévision, précise-t-elle dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier.

Dans le cas de l’Iran, visé par un retour des sanctions américaines, elle envisage une perte en termes d’exportations proche de celles enregistrées lors des précédentes sanctions, même si cela reste « incertain ».

Pour ce qui est du Venezuela, frappé par une grave crise politique, « nous supposons qu’il n’y aura aucun répit dans l’effondrement de la production qui a retiré 1 mbj du marché ces deux dernières années », écrit l’AIE.

Source : Pétrole: l’AIE met en garde sur le déclin de la production en Iran et au Venezuela | Connaissance des Énergies

Venezuela Infos: Socialisme, pétrole et effondrement économique

Chaque fois que la crise économique vénézuélienne est citée, le coupable tout trouvé est la chute des prix du pétrole.  Logiquement, beaucoup font ce raccourci, et la thèse de que la chute des prix puisse faire basculer le pays dans une crise inimaginable est très tentante.

Source : Venezuela Infos: Socialisme, Pétrole et Collapse économique. | Le Club de Mediapart

Le pétrole repart à la hausse, surveillant l’Opep et le Venezuela

La situation au Venezuela, gros exportateur de brut, continue à faire l’objet de nombreuses spéculations alors que selon des informations de presse diffusées en début de semaine, le pays ne serait pas en mesure de répondre en juin aux commandes de plusieurs clients.

L’industrie pétrolière du Venezuela « fait face à de graves difficultés », a commenté Matt Smith de ClipperData.

Selon les données de ce cabinet qui surveille les trajets des pétroliers à travers le monde, les exportations de brut du pays auraient augmenté en mai.

Mais « contrairement à ce qu’on pourrait penser, cela n’est pas un signe positif. C’est le reflet de la détérioration grandissante de leurs capacités de raffinage », a indiqué M. Smith.

De plus, « il semblerait que le pays, qui remboursait jusqu’à présent certains de ses créditeurs en pétrole brut, ne soit plus capable de le faire », a-t-il ajouté.

« Si l’industrie pétrolière vénézuélienne s’effondre complètement, il serait normal de voir les prix du brut remonter », a souligné le spécialiste.